Notice_site

Saint-Germain-du-Puy - Les Boubards


L’opération de fouilles préventives réalisée entre février et juin 2011 à Saint-Germain-du-Puy « Les Boubards » (Cher) a concerné une emprise de presque 16 000 m² recouvrant une partie du tracé du prolongement de la rocade nord-est de Bourges.
L’opération a conduit à mettre au jour des vestiges qui s’échelonnent entre la Protohistoire et la fin de l’Antiquité ; des indices de fréquentation du haut Moyen Âge ont également été relevés. La protohistoire ancienne (Hallstatt final/La Tène ancienne) est documentée par plusieurs bâtiments et fosses relativement éparses, qui s’inscrivent dans l’occupation périphérique de Bourges bien identifiée sur le site de Port-Sec. Quelques fosses évoquent d’ailleurs les fosses-ateliers connues pour ce secteur, même si aucun indice réel d’activité n’a été identifié. Aucune occupation n’est reconnue pour la Tène moyenne. La fin de La Tène et l’époque augustéenne sont caractérisées par la présence d’un grand enclos fossoyé. Le comblement plaide pour une occupation assez éphémère, sans doute dans les dernières décennies du Ier s. av. J.-C. La présence de mobilier de La Tène finale suggère l’existence d’une occupation un peu plus ancienne (La Tène D1), mais on ignore si elle doit être associée à l’aménagement de l’enclos. Ce dernier est comblé autour du changement d’ère. Lui succède un enclos palissadé situé immédiatement à l’Ouest, et daté de façon large de la première moitié du Ier s. ap. J.-C. Il est doté d’un bâtiment sur son côté occidental, peut-être une entrée.
Enfin, un enclos maçonné carré d’environ 1000 m² est construit dans les dernières décennies du Ier s., ainsi que plusieurs bâtiments. L’un d’entre eux correspond à une habitation à galerie de façade dont plusieurs états ont été identifiés, dont l’un correspond à l’ajout d’une pièce chauffée sur hypocauste. Les autres bâtiments, dont trois sont dans les angles de l’enclos maçonné, peuvent corresponde à des bâtiments d’exploitation. Un bâtiment situé en face du bâtiment principal est interprété comme un porche. Les bâtiments sont occupés jusque dans le courant du IIIe s. La démolition de l’habitation intervient dans la seconde moitié du IIIe s. Elle ne signifie toutefois pas l’abandon, de nombreux indices plaidant pour une occupation qui se prolonge durant au moins tout le IVe s. On remarque principalement deux grands bâtiments sur poteaux, des indices de fréquentation des bâtiments maçonnés (semi-ruinés ?) et de nombreuses monnaies.
Quelques murets en pierre sèche ont également été identifiés, principalement concentrés à l’est de l’enclos maçonné. Quelques éléments stratigraphiques et le mobilier plaident pour une datation durant le haut Moyen Âge, mais la fonction de ces structures n’est pas établie (parcellaire ?).


Commune : Saint-Germain-du-Puy

Adresse/lieu-dit : Les Boubards

Département/Canton : Cher

Année de fouille : 2011

Période principale d'occupation : Age du Fer,Antiquité

Autres périodes représentées : Moyen-Age

Responsable d'opération : Maxence SEGARD

Aménageur : Conseil Général du Cher

Raison de l'intervention : Aménagement routier

Référence bibliographique : Le Berry Républicain 2011 : MORIN B., Archéologie. Des fouilles préventives sont en cours sur le tracé de la future rocade nord-est de la ville , Le Berry Républicain, p.9.

Segard 2018 : SEGARD M., « Une villa en périphérie du chef-lieu de cité Avaricum/bourges », in SEGARD M. (dir.), Établissements ruraux gallo-romains : quelques études de cas, Goillon : In Folio, pp. 49-64.