Notice_site

Saint-Arnoult - Les jardins du Bocage


L’opération de fouilles préventives réalisée entre juin et août 2012 à Saint-Arnoult « Avenue du Plateau/Les Jardins du Bocage » (Seine-Maritime) a concerné une emprise de 18 510 m² recouvrant une partie de l’emprise d’un projet d’aménagement d’une zone pavillonnaire en périphérie nord du village.


L’opération a conduit à mettre au jour des vestiges de la période antique, ainsi qu’une fosse du Néolithique moyen, deux fosses de la fin de La Tène et les restes de deux sépultures mérovingiennes perturbées. Quelques rares indices de la période médiévale ont également été identifiés. L’occupation antique est documentée par
une série de grands fossés identifiés sur plus de 300 m de long, qui structurent un vaste établissement de type villa. Cette dernière est caractérisée par la présence d’un bâtiment résidentiel situé en bordure d’emprise (28 m sur 24 m observés). Quoiqu’incomplet, son plan à galerie de façade renvoie à un modèle de bâtiment d’habitation courant dans les villae gauloises. L’examen des maçonneries renvoie à un mode de construction mixte, avec de probables élévations en matériaux périssables assises sur des fondations en pierre. Les niveaux de sol sont quasiment absents, et seuls de rares éléments épars renvoient à des aménagements soignés (fragments de mortier hydraulique et de tubulures d’hypocauste). Quatre autres bâtiments maçonnés ont été identifiés, tous organisés le long des grands fossés. L’un est de grandes dimensions (environ 18 m sur 17 m dans sa plus grande extension) et plusieurs états successifs ont été observés. En l’absence d’éléments déterminants, on l’associe de façon générale aux activités pratiquées dans le domaine (étable ?). Trois, autres bâtiments plus modestes sont également de fonction indéterminée. L’occupation de l’établissement est également documentée par des structures en creux (principalement des fosses, dont peut-être quelques vastes fosses d’extraction du limon) organisées en concentrations à proximité des bâtiments. Enfin, une dépression a été identifiée en bordure méridionale d’emprise ; il s’agit probablement d’une mare recreusée à plusieurs reprises, dont la surface a été, dans son dernier état, aménagée à l’aide de blocs (type mare-abreuvoir). On suppose un premier aménagement antique, suivi d’un réaménagement médiéval, voire moderne.


Une sépulture probablement en position secondaire (absence de fosse, squelette incomplet) a été également découverte à proximité immédiate du bâtiment résidentiel. Datée de la période mérovingienne, elle entre dans la série importante des sépultures de cette période implantée dans les bâtiments antiques en ruine. En dehors de rares tessons épars datés de la fin du Moyen Âge ou de l’époque moderne, l’occupation de cette période est documentée par un bâtiment très arasé au plan incomplet, dont seuls les solins sont conservés.


Commune : Saint-Arnoult

Adresse/lieu-dit : Les jardins du Bocage

Département/Canton : Seine-Maritime

Année de fouille : 2012

Période principale d'occupation : Antiquité

Autres périodes représentées : Néolithique,Age du Fer,Moyen-Age,Période moderne,Epoque contemporaine

Responsable d'opération : Maxence SEGARD

Aménageur : Habitat76

Raison de l'intervention : Construction de logements/projet immobilier

Référence bibliographique : Segard 2018 : SEGARD M., « Une villa du Haut-Empire sur le plateau de Caux : Saint-Arnoult, avenue du Plateau, Jardins du Bocage (Seine-Maritime) », in SEGARD M. (dir.), Établissements ruraux gallo-romains : quelques études de cas, Goillon : In Folio, pp. 93-108.