Notice_site

Nantes - Château Le Bois Hue


Dans le cadre de la construction de logements au 41 rue de Port la Blanche à Nantes (44), une fouille archéologique a été prescrite par le Service Régional de l’Archéologie et réalisée par la société Archeodunum. Cette intervention, d’une durée de trois semaines, a permis de compléter nos connaissances sur un habitat enclos  du second âge du Fer, dont une première partie a été fouillée en 2011, sous la responsabilité d’A. Levillayer (Archéoloire). La fouille de 2013 a concerné une superficie de 1780 m2 sur les parcelles situées directement au nord-ouest de la fouille de 2011.


Le site du « Bois Hue », d’une surface totale estimée à 7000 m², est localisé au nord-est de la ville de Nantes, en limite de commune et dans un secteur resté sans urbanisation jusqu’à récemment. À l’échelle locale, le site semble disposer d’une position géographique privilégiée sinon particulière. Il se place en position haute entre la Loire et son affluent l’Erdre, et n’est d’ailleurs qu’à 500 m des bords de ce cours d’eau. Il s’étend sur le versant est de la vallée de l’Erdre, sur une pente orientée sud-sud-est à des altitudes comprise entre 21 et 25 m NGF. Il domine un thalweg situé à l’ouest de la fouille, en partie aménagé sans doute en relation avec le château.
Les vestiges protohistoriques mis au jour dans cette fenêtre correspondent à une portion du fossé d’enclos et à un fossé de partition interne. Ces éléments viennent compléter de manière notable le plan général de l’enclos, déjà partiellement documenté sur un peu plus de 3000 m2 en 2011. Le site du Bois Hue est ainsi ceinturé par un fossé d’enclos qui livre un tracé général curviligne, mais les limites occidentales demeurent à ce jour inconnues. L’organisation interne s’articule autour de deux fossés disposés en quinconce, mais laissant un espace en vis-à-vis d’une entrée mise en évidence, en 2011, sur la façade orientale de l’enclos. Le mobilier, exclusivement céramique, conforte les jalons chronologiques définis antérieurement. Ainsi, le site semble fondé à la fin du IVe s. et son occupation se poursuit jusque dans le courant du IIe s. av. n. è, sans hiatus apparents. En dépit de la modestie de ces découvertes, l’opération permet de mieux comprendre l’organisation interne   du site grâce, notamment, au fossé de partition. Autour de celui, on restitue un espace ouvert que l’on peut interpréter comme une vaste cour, qui s’étend entre ce fossé et la partie orientale de l’enclos. Cette dernière, fouillée en 2011, est quant à elle davantage à rapprocher d’une zone domestique. Le mobilier recueilli lors de la fouille du fossé de partition permet de situer son abandon dans le courant du IIIe s. On peut alors imaginer un agrandissement notable de la vaste cour présente depuis la fondation du site. Enfin, l’étude de la portion du fossé d’enclos confirme le caractère imposant de la structure, mais également la pérennité de son tracé jusqu’à l’abandon du site dans le courant du IIe s. av. n. è. Tous ces éléments révèlent sans doute le statut particulier du site en regard des autres sites régionaux, statut qui se reflète moins clairement dans le mobilier.
La partie du site étudiée en 2013 est ensuite réoccupée au plus tôt dans le courant du XVIe s., on peut y restituer un jardin sans doute lié à un premier château du Bois Hue. Ensuite, il est probable que ce jardin perdure, moyennant quelques réaménagements, durant la majeure partie de l’existence du château, ou au moins jusqu’à l’apparition au XIXe  s. d’activités de maraichage mises en évidence dans l’angle nord-est de la fouille.



Commune : Nantes

Adresse/lieu-dit : Château Le Bois Hue

Département/Canton : Loire-Atlantique

Année de fouille : 2013

Période principale d'occupation : Age du Fer

Responsable d'opération : Sébastien MUNOS

Aménageur : Cogedim

Raison de l'intervention : Construction de logements/projet immobilier