Notice_site

Villepreux - Le Prieuré


L’opération archéologique préventive menée au lieu-dit « Le Prieuré », sur la commune de Villepreux, est intervenue préalablement à un projet de création de pavillons et de logements collectifs par la société Kaufman & Broad. Ce projet avait entraîné la réalisation, en novembre 2012, d’un diagnostic archéologique1 dont les résultats ont motivé la prescription d’une fouille préventive. Cette opération s’est déroulée en deux phases, du 02 au 20 décembre 2013, puis du 10 février au 04 avril 2014, sur une emprise totale de 13000 m2.

Le site est implanté sur un vaste plateau surplombant la rive gauche du Val de Gally, au cœur du territoire de la plaine de Versailles. Les indices d’une fréquentation de la fin de la Préhistoire (Néolithique final / Bronze ancien) ont été identifiés dans la partie orientale de la parcelle, sans qu’aucune structure associée n’ait été repérée sur l’emprise de la fouille. Ils correspondent à la limite ouest d’un épandage d’artefacts fortement remanié, déjà mis en évidence par l’opération de diagnostic. Cette première présence humaine pourrait être liée à l’existence d’un atelier de débitage lithique, situé à la périphérie immédiate du site.

Les vestiges protohistoriques, répartis sur la quasi-totalité de l’emprise de fouille, sont apparus sous une couverture sédimentaire d’une cinquantaine de centimètres d’épaisseur correspondant à la profondeur impactée par les récents travaux agricoles. Ces derniers ont entrainé la disparition de tous niveaux de sol, mais une centaine de structures archéologiques excavées a pu être identifiée et fouillée intégralement. Ces vestiges forment un ensemble cohérent et homogène, relevant d’une occupation du début de La Tène ancienne (La Tène A). Ils témoignent d’un espace spécialisé, dédié au stockage, au sein duquel coexistent deux types de structures de mise en réserve complémentaires. Neuf greniers surélevés et vingt-sept fosses d’ensilage, réparties en deux aires attenantes, ont ainsi permis de caractériser l’organisation spatiale et le fonctionnement de ce vaste ensemble. La capacité de stockage de l’aire d’ensilage, dont le volume cumulé a pu être estimé à plus de 70 m3, outrepasse très largement les besoins d’une simple ferme isolée et laisse supposer une production céréalière considérable. L’activité agricole a par ailleurs été documentée par les apports de l’étude carpologique, qui a mis en évidence la pratique d’une agriculture diversifiée, conforme aux tendances observées dans la moitié nord de la France au cours du Hallstatt final et de La Tène ancienne.

Le mobilier archéologique recueilli au cours de l’opération est particulièrement abondant et varié. Il est caractéristique de rejets domestiques et atteste la proximité des unités d’habitation, vraisemblablement implantées en périphérie immédiate de l’emprise. Constituant un ensemble chronologiquement homogène, ce corpus nous renseigne sur divers aspects de la culture matérielle, de la vie quotidienne et des activités exercées sur le site au début de l’époque laténienne.

Les nombreuses études spécialisées et analyses pluridisciplinaires entreprises dans le cadre de cette opération2 contribuent en outre à enrichir nos connaissances des sites d’habitats ruraux et des sociétés agropastorales du début du deuxième âge du Fer, dans le contexte encore très lacunaire de l’Ouest parisien.
L’opération de Villepreux « Le Prieuré » a permis la mise au jour d’un site d’habitat ouvert, occupant vraisemblable- ment une place particulière dans l’économie locale. L’existence d’une vaste aire de stockage et d’ensilage soulève la question du statut de ce type de site. S’agit-il d’un site producteur, inscrit dans un terroir favorable au développement de l’activité agropastorale ? Ou s’agit-il au contraire d’un site centralisateur des récoltes, lié à la gestion des stocks et à la redistribution de la nourriture communautaire, dont le contrôle pourrait impliquer la présence d’une élite aristocratique ? La vision partielle du site et l’absence des structures d’habitat sur l’emprise de l’opération n’autorisent hélas aucune certitude.

L’abandon du site, marqué par le comblement définitif de l’ensemble des fosses d’ensilage au cours de La Tène A, pourrait être la conséquence des bouleversements socio-économiques et des profonds remaniements observés dans la structuration et le fonctionnement des sites en France septentrionale au cours du deuxième âge du Fer.



Commune : Villepreux

Adresse/lieu-dit : Le Prieuré

Département/Canton : Yvelines

Année de fouille : 2014

Période principale d'occupation : Age du Fer

Autres périodes représentées : Néolithique

Responsable d'opération : Julien COLLOMBET

Aménageur : Kaufman et Broad

Raison de l'intervention : Construction de logements/projet immobilier

Référence bibliographique : Collombet 2014 : COLLOMBET J., « Bâtiments de l’âge du Fer, Villepreux, Le Prieuré », Archéothéma, 34, pp. 84-85.