Notice_site

Yvoire - La Motte Est


L’aménagement de trois maisons individuelles est à l’origine de la prescription d’une fouille préventive à Yvoire (Haute- Savoie), au lieu-dit « La Motte Est ».
Le site occupe un replat sur le haut du versant nord de la butte morainique surplombant le lac Léman. La fouille, qui portait sur une surface de 2500 m², a révélé les vestiges d’un établissement rural antique dont l’étendue exacte n’est pas déterminée, l’occupation s’étendant vers le sud-ouest, en dehors de l’emprise imposée par la prescription.
Au regard des éléments datant et des indices stratigraphiques, trois phases d’aménagement distinctes ont été établies. La première se situe entre l’extrême fin de La Tène et le règne d’Auguste. La deuxième phase d’occupation s’échelonne d’Auguste au milieu du Ier siècle de notre ère, tandis que la troisième est centrée sur la 2e moitié du IIIe siècle avec une probable perduration non quantifiable au siècle suivant.
Les premiers témoins de la présence anthropique à « La Motte Est » se rapportent à un ample espace de circulation empierré couvrant une superficie d’au moins 330 m² (phase I). Situé dans la partie sud-est de l’emprise, ce niveau s’inscrit directement sur le socle géologique morainique. Bien que la fouille n’ait pas révélé d’autres aménagements associés, l’hypothèse d’un espace de cour extérieure paraisse à privilégier. Cette surface a été scellée plutôt rapidement par un dépôt d’origine colluviale provenant sans doute de l’amont du plateau. L’occupation reprend par la suite sans interruptions apparentes (phase II). Deux nouveaux espaces de circulation empierrés sont ainsi ménagés sur une aire de plus de 700 m2. Le premier, installé au sommet de la colluvion, est associé aux fondations d’un bâtiment dont la fonction demeure incertaine étant donné son état de conservation très lacunaire. Le second niveau de sol se développe vers le nord et abrite une ample excavation interprétée comme une probable mare-abreuvoir ayant pu faire office de point d’eau pour un petit cheptel.
Après une césure d’environ deux siècles, le secteur fait l’objet d’une réoccupation, quoique plutôt modeste (phase III). Quatre constructions, dont un petit édifice semi-excavé et trois structures sur poteaux, prennent place en enfilade en adoptant un axe NO-SE. Trois d’entre elles se situent en bordure des niveaux de circulation plus anciens, ce qui suppose leur réutilisation au Bas-Empire.
L’un de ces bâtiments abritait probablement une petite activité métallurgique destinée tout au plus à la fabrication voire à la réparation d’objets à usage agricole. Faute d’éléments révélateurs, l’interprétation des autres espaces bâtis demeure problématique. De par leur taille et leur mise en œuvre une fonction d’annexe semble en tout cas envisageable.
D’après l’analyse palynologique, une zone de traitement des céréales (stockage, battage ?) était probablement présente à proximité immédiate de la mare-abreuvoir laquelle, perdue désormais sa fonction d’origine, se présente sous la forme d’une ample dépression humide colonisée par la végétation hygrophile. Le spectre pollinique montre également un paysage fortement anthropisé où dominent les prairies et les cultures céréalières au détriment du couvert forestier.
Par la suite, quelques structures de drainage et des fosses d’épierrement témoignent de la mise en valeur du secteur postérieure à l’occupation antique. Faute de mobilier datant leur ancrage chronologique n’a pas pu être déterminé. D’autres aménagements de ce type caractérisent également l’époque moderne et contemporaine. L’imperméabilité des argiles com- posant le substrat morainique, qui entraine encore aujourd’hui des importants phénomènes de stagnation des eaux pluviales, accrus par des remontées hydriques provenant du sous-sol, explique le nombre proportionnellement élevé de drains sur une aire relativement restreinte et justifie d’autant plus la nécessité d’assainir les espaces de circulation antiques à travers l’apport de matériaux durs.



Commune : Yvoire

Adresse/lieu-dit : La Motte Est

Département/Canton : Haute-Savoie

Année de fouille : 2014

Période principale d'occupation : Antiquité

Autres périodes représentées : Moyen-Age,Période moderne,Epoque contemporaine

Responsable d'opération : Marco ZABEO

Aménageur : ARC Entreprise

Raison de l'intervention : Construction de logements/projet immobilier