Notice_site

Le Bignan - Kerjulien - Site 3


Notice scientifique

      Le site de « Kerjulien » a fait l’objet d’une opération de fouille préventive préalablement à la déviation de la route départementale 767 de Locminé, sur la commune de Bignan. Cette prescription fait suite à un diagnostic positif mené en 2017 par le service archéologique du conseil départemental du Morbihan (Crowch 2017). 

La fouille a été réalisée sur une surface de 15 600 m², du 30 juillet au 14 septembre 2018. Elle a révélé la présence de vestiges sur l’ensemble de l’emprise mais surtout sur le site 3A (zone 3). Le site se poursuit de part et d’autre de l’emprise étudiée.

      Le site de « Kerjulien » a livré des vestiges de quatre périodes d’occupations distinctes, dont la lecture est quelque peu tronquée par l’emprise du tracé de la déviation RD 767. Cependant la fouille aura permis de mettre en évidence la longue histoire du site. 

      Le premier témoignage d’occupation humaine le plus ancien est attribué au Néolithique, grâce à six foyers à pierres chauffées datés entre le Néolithique ancien et le Néolithique moyen I. Ces derniers sont peu conservés et liés à aucun contexte mais ils s’inscrivent dans un environnement régional assez bien connu. 

      La phase suivante se résume à un foyer à pierres chauffées, daté entre le premier et le second Âge du Fer et à la présence d’un fossé curviligne du second Âge du Fer. Ce dernier est long de 65 m, peu profond et quasiment exempt de mobilier, seules quelques scories ont été mis au jour dans ce dernier. La fonction de ce dernier, sans la présence de mobilier et de structure contemporaine, semble être une limite parcellaire ou une limite d’enclos de pacage à bestiaux, et donc renvoie à une occupation liée à une activité agro-pastorale. Le foyer à pierres chauffées possède les mêmes caractéristiques que ceux de la période néolithique.

      L’occupation antique est caractérisée par une succession de trois enclos quadrangulaires, orientés nord-nord-ouest / sud-sud-est, entre le Ier siècle avant notre ère et le IIIe siècle. Le premier enclos (ENS3003) est orienté nord-nord-ouest / sud-sud-est et ces fossés sont peu profonds. Il est daté entre la seconde moitié du Ier siècle avant et le début du Ier siècle de notre ère. Aucun système d’entrée n’a été mis au jour pour ce dernier. 

Au cours du Ier siècle, l’occupation change avec l’apparition d’un nouvel enclos, ENS3001. Il recoupe l’enclos ENS3003 et est de même orientation. Un seul angle a pu être mis au jour lors de la fouille, cependant la photographie aérienne permet de restituer le plan de ce dernier. Il est quadrangulaire avec une superficie d’environ 4300 m². Deux phases ont pu être identifiées dans les fossés de ce dernier, la première est caractérisée par l’implantation de larges et profonds fossés avec un profil en V, au cours de la première moitié du Ier siècle. La seconde phase est visible par un curage de ces fossés au cours de la seconde moitié du Ier siècle, qui permet un élargissement du fossé F3030 vers le nord. L’enclos est abandonné entre la seconde moitié du Ier voire le début du IIe siècle de notre ère. 

Enfin, un dernier enclos est implanté entre la seconde moitié du Ier voire le début du IIe siècle de notre ère (ENS3002). Il emboîte l’enclos ENS3001 dans son coin sud-est et semble avoir été mis en place alors que ce dernier n’était qu’à moitié comblé. Tout comme pour l’enclos précédent, un seul angle a pu être mis au jour lors de la fouille. Le plan de ce dernier n’est donc pas non plus complet mais la photographie aérienne permet de le restituer, il est quadrangulaire avec une superficie d’environ 4860 m² et de même orientation que les autres enclos. Deux phases ont également pu être mises en évidence, en effet une reprise du tracé du fossé F3044 a été observée au cours de la première moitié du IIe siècle de notre ère, afin de le prolonger et de supprimer l’accès à l’enclos de ce côté. Cet enclos est abandonné vers le milieu du IIe voire le début du IIIe siècle de notre ère. 

La stratigraphie remarquée dans les fossés ne permet pas de présumer de la présence de talus pour aucun enclos, cependant il semble qu’ils aient tous fonctionner à fossés ouverts. Le fossé curviligne gaulois est repris lors de la période antique à plusieurs reprises, de manière quasiment synchrone avec les différentes restructurations de différents enclos antiques. Le mobilier et les structures découvertes permettent d’attribuer cette occupation à un habitat rural modeste à vocation agro-pastorale. 

      Aucune occupation n’a pu être mise en évidence entre le IIIe siècle et la période contemporaine. Cette dernière est d’ailleurs uniquement représentée par quelques fosses de plantation.


Commune : Le Bignan

Adresse/lieu-dit : Kerjulien - Site 3

Département/Canton : Morbihan

Année de fouille : 2018

Période principale d'occupation : Antiquité

Autres périodes représentées : Néolithique,Age du Fer

Responsable d'opération : Adélaïde HERSANT

Aménageur : Département du Morbihan

Raison de l'intervention : Aménagement routier

Type de chantier : Sédimentaire (Fouille préventive)