Notice_site

Lescar - La Cité, Ville Haute, renouvellement des réseaux


Par arrêté préfectoral, une fouille archéologique a été prescrite à l’occasion d’un projet de rénovation des réseaux d’eau et d’assainissement, dans la Ville Haute de Lescar (64). Les rues concernées par les deux tranches se situent autour de l’ensemble cathédral et le long du rempart du Bas Empire, dans le secteur dit de « La Cité ». Il a principalement intéressé la rue Callebraque, la rue Henri Rozier, la partie haute de la rue du Parvis, la place Royale, la rue de la Cité et la place de l’Evêché. L’opération s’est déroulée en deux temps du 1er au 29 juillet 2013 et du 30 juin au 13 août 2015.
Aucun vestige n’a été mis au jour dans la rue Callebraque et sur la section est de la rue Henri Rozier. Par contre, la surveillance de travaux a permis d’identifier plusieurs fondations de murs conservées Place royale et dans la section ouest de la rue Henri Rozier. Ces vestiges apparaissent pour certains directement sous le bitume. Le mode de construction des murs rappelle celui utilisé à la période Antique, bien que leur datation n’ait pas pu être précisée ; aucun niveau associé n’a été identifié. Le réaménagement de la zone et l’installation des anciens réseaux a grandement perturbé la lecture de la stratigraphie.
Plus à l’ouest de ce secteur, les restes humains de plusieurs individus ont été mis au jour, pour certains pratiquement sous les niveaux de bitume. La zone sépulcrale identifiée s’étend de l’entrée actuelle du cimetière jusqu’aux habitations situées en face. Les derniers restes mis au jour l’ont été au niveau du numéro 6 de la Place Royale. La plupart de ces ossements étaient en position secondaire. L’encaissant était constitué d’une terre pulvérulente suggérant que les perturbations étaient liées aux derniers réaménagements de la place.
La seconde phase de suivi de travaux a permis de dégager les fondations d’ensembles maçonnés de diverses périodes (médiévales à modernes). La zone de concentration de ces vestiges se situe au nord et au nord-ouest de la Cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption. Les fondations mises au jour au nord correspondent aux murs de façade des bâtiments mentionnés dans le Dénombrement des feux de Béarn (1385), dans le Terrier de Lescar de 1643 (Beduin et al. 2012) et figurant sur le Cadastre napoléonien de 1812. Plus à l’est de ces murs, deux sépultures individuelles ont été dégagées. Il s’agit de deux individus adultes, dont un sujet féminin. Le sexe n’a pu clairement être déterminé pour le second (Masc. ?). Une datation radiocarbone a été effectuée sur un fragment osseux du sujet féminin (SP2050) indiquant une datation com-prise entre la seconde moitié du XIème siècle et le premier quart du XIIIème siècle. Cette date, antérieure au Dénombrement des feux de Béarn (1385), semble situer l’abandon de la fonction funéraire de la zone au cours du XIIIème siècle.


Commune : Lescar

Adresse/lieu-dit : La Cité, Ville Haute, renouvellement des réseaux

Département/Canton : Pyrénées-Atlantique

Année de fouille : 2018

Période principale d'occupation : Moyen-Age

Autres périodes représentées : Période moderne

Responsable d'opération : Thibaut LASNIER

Aménageur : Mairie de Lescar

Raison de l'intervention : Aménagement de réseaux