Notice_site

Lentilly - A89- Les Fourches


Dans le cadre des travaux antérieurs relatifs à la poursuite du tracé de l’Autoroute A 89 entre Balbigny (42) et La tour de Salvagny (69), une fouille a été réalisée à Lentilly au lieu-dit « Les Fourches », dans le département du Rhône. L’opération fait suite à un diagnostic établi par Jean-Marc Lurol (Inrap). La proximité de la voie de l’Océan, qui reliait Lugdunum à Portus Itius, et d’un axe secondaire supposé traverser le Charollais en reliant Rodumna par Miolan  suivant l’actuel itinéraire de la Rn7, place le site de Lentilly au carrefour de plusieurs aires d’influence.
Les fouilles ont permis d’observer deux occupations chronologiques bien distinctes, à situer à La Tène Finale et au Bas-empire. La présence d’amphore de type gréco-italique de transition en position secondaire permet d’évoquer une fréquentation du site au cours du IIe s. av. J.-C.

La première occupation est marquée par un enclos constitué de fossés, partiellement observé sur une surface avoisinant 2570 m², installé en pente et pour partie dans un talweg, dont la situation topographique et hydrographique ne semble pas avoir été déterminante lors de l’implantation du site. Un empierrement dans l’angle nord-ouest de l’enclos permettait un accès vers l’intérieur et l’existence de trous de poteau permet d’envisager une entrée remarquable longue de 12,50 m et large de 3,50 m.


Dans un second temps, la surface enclose de l’emprise est dotée d’un bâtiment sur poteaux, localisé sur un replat, dans son angle sud-ouest. Construit en matériaux périssables, cet édifice de 61 m² au total, au-devant duquel se trouve un vaste espace vierge de 117 m² , pouvant être interprété comme une cour, est constitué de trois ensembles structurés par une pièce centrale à deux nefs. Associée à ses caractéristiques, la présence de mobilier domestique permet d’identifier cet ensemble à une ferme gauloise. Durant cette phase d’occupation, l’enclos acquiert plusieurs aménagements avec, tout d’abord, en lien avec son système d’entrée, l’édification d’un couloir d’accès ou corridor, désaxé et plus étroit que la longueur du soubassement empierré. De même, on note l’installation de plantations et d’axes de trous de poteau au sein de la partie centrale de la zone enclose. Ces trous de poteau matérialisent des clôtures dont les axes pourraient permettre d’envisager l’orientation du bétail à travers les plantations, en direction du bâtiment. Par ailleurs, la présence d’un dépôt de céramiques dans l’angle occidental de l’enclos marque un événement précis résultant d’une action raisonnée, comme en témoignent à la fois l’aménagement d’un véritable « lit de pose » visant à recevoir la vidange d’un ou plusieurs foyers, puis des dolia probablement brisés sur place, et enfin, d’un même tenant, du mobilier amphorique, du vaisselier de service, celui de cuisine, des vestiges fauniques, et quelques objets usuels (fragments de bracelet en verre, de boucharde). En s’installant dans cet angle, à la jonction des systèmes drainants de deux des fossés de l’enclos, ce dépôt met un terme à leur fonction de drainage en bouchant les conduits de circulation. Ici, la détérioration des moyens de stockage de l’établissement, puis leur abandon, lourd de signification, viennent étayer l’hypothèse d’un événement particulier.


Une troisième phase d’occupation marque l’extension des aires encloses avec l’adjonction d’un second enclos dans les fossés duquel une crémaillère a été déposée. L’ajout du fossé curant une partie du dépôt pourrait consacrer une nouvelle circulation des eaux provenant de l’entrée de l’enclos. Le fossé du premier enclos aurait alors perdu sa fonction drainante au profit du fossé du second enclos. Si l’occupation du premier enclos perdure, ce dernier inaugurerait alors une subdivision de l’espace des enclos. La gestion de l’eau apparaît fondamentale. En effet, une série d’aménagements visant à la canaliser a été mise en évidence, sous forme de puisard, de fossés drainants matérialisés par l’enclos, ou encore au sein du bâtiment, voire avec l’installation drainante de l’un des versants, ce qui implique certainement une mise en valeur des parcelles situées à proximité immédiate des enclos. Le bâtiment situé à l’intérieur du second enclos présentant une forme oblongue, ainsi qu’une petite annexe accolée à l’une de ses façades, des fossés drainants passant sous ses cloisons, pourrait avoir eu vocation de stabulation de dimensions modestes. Dans l’hypothèse où le premier enclos serait encore occupé, on pourrait envisager une partition entre un espace à vocation résidentielle et un espace à fonction agraire. L’implantation d’édifices en marge atteste également une extension plus large du site dans sa partie orientale. Parmi ces édifices, deux paraissent difficilement qualifiables, il pourrait s’agir de petits habitats, voire de remises. S’agissant du troisième, son type de construction suggère un grenier sur poteaux surélevés.  L’extension du site hors des surfaces encloses pourrait s’apparenter à la formation d’un hameau ou d’un vaste établissement rural structuré par les surfaces encloses, dont nous n’avons, ici qu’une partie.


La quatrième phase d’occupation se caractérise par un petit complexe rural qui s’implante au IIIe siècle ap. J.-C. Selon un axe nord-ouest/sud-est, son orientation reprend globalement celle des enclos protohistoriques. Les vestiges reconnus comprennent un grand fossé drainant, creusé cette fois dans le talweg, un bâtiment doté d’une petite pièce habitable et d’une autre, plus vaste, qui présente des canalisations dessinant de petits compartiments, comparables à ceux que l’on observe dans les étables pour évacuer les déjections des animaux. Situé au sud-est du précédent, un édifice, très arasé, fonctionnant avec une zone cultivée avoisinant les 160 m2 , présente une orientation similaire à celle de l’étable. Parallèle à l’un des murs du bâtiment arasé et dans la continuité de ce dernier, cette aire cultivée présente trois tranchées de défoncement, cinq fosses de plantation et une pergola associée à une plantation de type vitis compluviata. Les différents critères morphologiques de ces fosses de plantation permettent d’évoquer la culture de la vigne.


L’état suivant, bien que très arasé et peu doté d’éléments de datation, permet d’observer un axe d’installation est-ouest tout à fait distinct du précédent. Il présente deux séquences aux caractéristiques totalement différentes. La première se compose de deux bâtiments construits en architecture mixte ainsi qu’un système de drainage composé de fossés et de drains. Relativement espacés l’un de l’autre, ils se caractérisent par leur fondation en solin.
La deuxième séquence d’occupation est marquée par plusieurs innovations. L’organisation spatiale se distingue de la première phase avec un regroupement de l’habitat. Les édifices sont implantés de telle sorte qu’ils délimitent une petite cour. Ce petit espace a pu être dédié à la culture au vu des traces de plantation retrouvées à cet endroit. Le regroupement de l’habitat implique probablement une atténuation de la distinction entre les fonctions résidentielles et les fonctions économiques.


Enfin, les vestiges de la sixième phase permettent également d’observer deux séquences d’occupation. La première caractérise un réseau de fossé. Partiellement observé, cet ensemble qui se poursuit du côté oriental de l’emprise, semble délimiter des espaces compartimentés. Bien que la partie sud-ouest de ces fossés soit complètement arasée, un espace trapézoïdal de 3256 m2 semble restituable. Une interruption des fossés de la  partie nord de cet ensemble pourrait en matérialiser l’entrée. La datation 14 C, opérée sur le comblement d’un des fossés, suggère un contexte à situer au Haut Moyen Âge, entre le VIIe s. et le VIIIe s. ap. J.-C. Seule une fosse, située dans l’emprise délimitée par les fossés, présentant un mobilier céramique typologiquement attribuable à cette période, a été mis au jour au sein de cet ensemble. Ces différents éléments plaident en faveur d’une structuration de l’espace délimité par des fossés drainants. La seconde séquence est illustrée par un réseau de drains qui se développe sur les versants sud et nord du site. Relativement récents, ces drains, qui coupent sur différentes sections les fossés précédemment évoqués, s’orientent vers le talweg. Comme pour l’aménagement du réseau de fossés, ces drains montrent que la saturation en eau des sols est restée, jusqu’à la dernière phase de l’occupation, un problème inhérent sur le site. 


Commune : Lentilly

Adresse/lieu-dit : A89- Les Fourches

Département/Canton : Rhône

Année de fouille : 2010

Période principale d'occupation : Age du Fer,Antiquité

Autres périodes représentées : Néolithique,Moyen-Age,Epoque contemporaine

Responsable d'opération : Julien BRUYERE

Aménageur : VINCI

Raison de l'intervention : Aménagement routier

Référence bibliographique : Teyssonneyre 2018 : TEYSSONNEYRE Y., « L'occupation gallo-romaine des Fourches à Lentilly (Rhône) », in SEGARD M. (dir.), Établissements ruraux gallo-romains : quelques études de cas, Goillon : In Folio, pp. 165-182.