Notice_site

Annecy - Musée Château


Cette opération préventive concernant le château d’Annecy s’est déroulée dans le cadre de la restauration des façades extérieures des courtines de l’entrée du château. Elle fait suite au réaménagement de la place du château d’Annecy qui avait déjà donné lieu à une fouille réalisée par la société AcTeR à l’automne 2009.
 Le château occupe actuellement une surface pseudo rectangulaire de 120 m par 65 m et est orienté sud-ouest/nord-ouest. Cet ensemble se divise en trois zones et plusieurs corps de bâtiments. Indépendant, le logis et la tour Perrière forment un premier ensemble dans l’angle sud-est du château. Le second ensemble est composé de trois corps de bâtiments qui sont, d’est en ouest : le logis neuf, le Vieux-logis – auquel sont accolés au nord les tours Saint-Pierre et Saint-Paul – et enfin le logis Nemours. Le dernier ensemble est constitué de l’entrée avec deux courtines couvertes, de la tour de la Reine ainsi que de la courtine sud. L’étude archéologique a porté sur ces deux courtines de l’entrée disposées en L. La porte du château est installée dans la plus grande à l’ouest. Leurs façades extérieures représentent une surface d’environ 450 m² et 180 m². ces courtines n’avaient jamais fait l’objet d’une étude.
La première phase de construction de ces courtines est à rattacher aux derniers siècles du Moyen Age (XIIIe XVe s.), sans pouvoir être plus précis puisqu’aucun élément architectural ne permet de le confirmer. En effet, aucune ouverture de tir n’a été installée dans l’élévation en molasse gris-verte et l’encadrement de la porte d’entrée a été repris entre 1869 et 1871. Les chemins de ronde étaient vraisemblablement dotés dès l’origine de parapets en molasse et peut-être équipés d’eschiffes vers 1430. Une défense avancée, sous la forme d’une fausse-braye, fut probablement créaient durant cette période. La courtine ouest est postérieure à la tour dite “de la Reine” (XIIIe-XIVe s.), tandis que la courtine nord est antérieure aux travaux de 1539, qui ont vu la reprise complète et uniforme des façades donnant sur la ville de la tour du Trésor au logis Nemours. L’accès à la courtine du côté de la tour de la Reine a peu évolué. À l’autre extrémité, côté tour du Trésor, l’accès devait se faire par un passage maçonné en encorbellement rejoignant le bâtiment voisin et dont quelques vestiges subsistent. Un escalier à noyau central, menant à l’extérieur, fut aménagé à la place de ce passage.
La seconde phase voit la reconstruction de la totalité du parapet occidental de la courtine ouest, à l’aide d’un calcaire blanc et dur. Les baies-créneaux qui ponctuent ce parapet conservent toutes des vervelles qui supportaient des mantelets ; ce qui est relativement rare aujourd’hui dans les édifices castraux. Tous ces travaux sont à mettre en relation avec les grandes campagnes de transformation de la résidence ducale qui se sont déroulées notamment durant le deuxième et le troisième quart du XVIe siècle. C’est probablement pendant ce laps de temps que les accès entre la courtine nord et les étages supérieurs de la tour du Trésor et du logis Nemours sont modifiés.
L’occupation du château par l’armée depuis la fin du XVIIe siècle a entrainé de nombreux travaux conduits par le génie militaire. Les restaurations de l’entrée du château ont pu être analysées et pour l’essentiel datées grâce aux textes de la période 1869-1874. Ces restaurations ont essentiellement consisté en une reprise en brique de la totalité du parapet de la courtine nord (vers 1845), puis la création de deux baies et une ouverture d’aération au milieu du XIXe siècle. Enfin un enduit a été appliqué sur la totalité de la façade en 1874. La façade extérieure de la courtine ouest a également été enduite et la porte d’entrée du château – encadrement et avant-corps – fut entièrement refaite sur toute leur hauteur.
Enfin, les premiers travaux des monuments historiques ont réduit d’un étage la loge et bouché les deux baies de la façade nord en 1970. Sept ans après, les parapets côté cour, en molasse, furent démontés et remplacés par du béton banché et des parpaings de ciment aggloméré. Le sol en parquet du chemin de ronde fut entièrement démonté pour laisser place à un sol en carreaux de terre cuite qui sert aujourd’hui d’espace d’exposition.


Commune : Annecy

Adresse/lieu-dit : Musée Château

Département/Canton : Haute-Savoie

Année de fouille : 2010

Période principale d'occupation : Moyen-Age,Période moderne

Autres périodes représentées : Epoque contemporaine

Responsable d'opération : Florian BONHOMME

Aménageur : Communauté de Commune d'Annecy

Raison de l'intervention : Restauration/Réhabilitation d'un bâtiment historique