Notice_site

Saint-Donat-sur-l'Herbasse - Chapelle des Evêques


Cette opération a été prescrite dans le cadre de la restauration extérieure de la Chapelle des Evêques de Saint-Donat-sur-l'Herbasse, édifice classé au titre des Monuments Historiques par arrêté du 30 mars 1906.
En 894, un diplôme de Louis III l'Aveugle, roi de Provence et de Bourgogne, confirme la donation faite par son père Boson de l'église de Sainte-Marie-et-Saint-Donat à l'évêque de Grenoble Isaac, et lui reconnaît de pouvoir exercer en ce lieu tous les droits de l'église cathédrale. La première mention de l'existence d'un prieuré de chanoines réguliers à Saint-Donat n'apparaît cependant qu'à la fin du XIe siècle.
Dominant le bourg, les vestiges du prieuré canonial se dressent au sommet d'une plate-forme accessible uniquement depuis le nord par une pente raide. L'église, largement reconstruite, occupe le centre de la plate-forme ; au sud s’étendait un cloître entouré sur trois côtés de bâtiments conventuels. L'ensemble présente une allure fortifiée, clos par une enceinte partiellement conservée et un long bâtiment méridional en surplomb sur le vide.
Au nord de l’ancienne enceinte, la chapelle des Évêques surmonte, selon une disposition issue de la tradition carolingienne, l’entrée monumentale qui constituait à l’origine le seul accès au monastère. Le large passage transversal est aujourd'hui obstrué au sud par l'aménagement d'une terrasse entre l'église et la chapelle. Au nord subsiste, entre deux hauts et étroits contreforts, un arc en plein cintre appareillé à double rouleau, retombant, par l'intermédiaire de deux chapiteaux sculptés, sur une colonne torse à l'est et une colonne cannelée à l'ouest, elles-mêmes portées par deux lions accroupis. La chapelle comprend une nef unique et une étroite abside en hémicycle hors-œuvre au décor d’arcatures aveugles, bâtie en surplomb et reposant sur une colonne. Un dispositif analogue se retrouve dans la chapelle Sainte-Madeleine de la collégiale Saint-Barnard de Romans. L’accès se fait par une porte à linteau droit porté par deux coussinets moulurés, percée à l’ouest du mur-gouttereau sud. L’ensemble est bâti en moyen appareil de molasse à joints fins.


L'étude archéologique s'est attachée à caractériser la mise en œuvre (techniques d'appareillage de la molasse, échafaudement), et à restituer le système de circulation entre l'extérieur et l'intérieur de l'enceinte. L'opération a démontré l'homogénéité de l'ensemble. Ainsi, à l'exception d'un probable dispositif spécifique à l'édification de l'entrée monumentale nord (échafaudage libre et cintre), les trois façades présentent un système de boulins ancrés parfaitement alignés. Couplée à l'étude de la documentation graphique ancienne, l'analyse des trous de boulin a également montré que le niveau de toiture a été abaissé. Il faudrait ainsi restituer des élévations de plus grande hauteur, peut-être même une tour sur le modèle de celle qui abrite la chapelle Saint-Michel de Viviers. Enfin, le relevé des traces et vestiges de l'emmarchement dans les différentes élévations, associé à la description tardive donnée par une visite des Jésuites en 1732, a abouti à la restitution d'un escalier alternant marches et pas d'âne, sur environ dix-huit mètres de long par deux mètres de large pour quelques six mètres de dénivelé. Cet escalier conduisait du pied de l'enceinte à la plateforme centrale, au-devant du mur nord de l'église priorale romane, dans lequel s'ouvrait un portail latéral.


Commune : Saint-Donat-sur-l'Herbasse

Adresse/lieu-dit : Chapelle des Evêques

Département/Canton : Drôme

Année de fouille : 2011

Période principale d'occupation : Moyen-Age

Responsable d'opération : Emmanuelle BOISSARD

Aménageur : Commune de Saint-Donat-sur-l'Herbasse

Raison de l'intervention : Restauration/Réhabilitation d'un bâtiment historique