Nouvelles recherches sur l’aqueduc du Gier

Vue d'ensemble de la fouille (cliché J. Pesseas)
Vue d'ensemble de la fouille (cliché J. Pesseas)
Bloc effondré (cliché J. Pesseas)
Détail de l'opus reticule qui habille l'aqueduc (cliché J. Pesseas)
Vue des bois retrouvés à la base de la pile de l'aqueduc (Cliché Archeodunum)

Une fouille d’archéologie préventive, réalisée par la société Archeodunum SAS sous la direction de David Baldassari, se déroule actuellement sur la commune de Saint-Foy-Lès-Lyon (69). Cette opération s’inscrit dans le cadre de l’aménagement de protection contre les inondations du bassin-versant de l’Yzeron porté par le SAGYRC. La fouille prescrite par le Service régional de l’archéologie de la région Auvergne-Rhône-Alpes (Ministère de la Culture), concerne 3 des 29 piles du pont siphon de Beaunant qui supportait les conduites forcées acheminant l’eau de l’aqueduc du Gier à Lugdunum.

Les premières observations réalisées par les archéologues ont révélé que la pile n° 19, conservée sur 3,90 m d’élévation, reposait sur un soubassement constitué d’un assemblage de blocs de calcaire taillés en grand appareil. Les plus grands de ces blocs mesuraient 140 cm de long par 120 cm de large et 70 cm d’épaisseur. Par ailleurs, des pièces de bois ont été identifiées contre la maçonnerie de la fondation de la pile n° 18 conservée dans le lit actuel de la rivière. Ces éléments se composent d’un pieu planté à la verticale et de plusieurs fragments de planches. Les premières constatations indiquent que le bois employé pourrait être un résineux (sapin ou pin) et que ces éléments participaient à la mise en œuvre d’un coffrage associé à la construction de la maçonnerie de fondation de la pile. Cette découverte est inédite, car ces éléments, s’ils n’ont pas été trop dégradés par le temps, pourraient permettre, par le biais d’analyses dendrochronologiques ou d’analyses C14, d’obtenir de nouveaux éléments de datation pour la construction de l’aqueduc du Gier.

Rappelons que la datation de la construction de cet ouvrage majeur suscite encore aujourd’hui de nombreux débats au sein de la communauté scientifique. Deux datations sont couramment avancées, l’une sous le règne de l’empereur Claude (41-54 ap. J.-C.), la seconde sous le règne de l’empereur Hadrien (117-138 ap. J.-C) (cf. article Desbat 2011).

La fouille archéologique se déroulera jusqu’au 3 août 2018, permettant aux archéologues de collecter un maximum de données, qui après études et analyses, approfondiront les connaissances déjà acquises sur le pont siphon de Beaunant et plus généralement sur l’aqueduc du Gier.

David Baldassari

Notons que la société Archeodunum intervient depuis plus de 10 ans sur les aqueducs qui alimentaient Lugdunum, comme par exemple…

Une réflexion au sujet de « Nouvelles recherches sur l’aqueduc du Gier »

  1. Ping : Quand l'eau courante est arrivée à Lyon | Archeodunum

Les commentaires sont fermés.