Notice_site

Chartres - Cathédrale- Vaisseau central


L’étude archéologique des élévations du vaisseau central de la cathédrale Notre-Dame

Les travaux de restauration engagés en 2014 sur le vaisseau central de la nef de Notre-Dame de Chartres ont donné lieu à une étude des élévations intérieures prescrite par l’État sous la responsabilité des Monuments Historiques. Cette opération archéologique confiée à la société Archeodunum s’inscrit plus spécifiquement dans le cadre du dégagement et de la consolidation des enduits peints des travées 3 à 9 du vaisseau central et de la restauration des verrières du clair-étage (n°129 à 142). Elle s’est déroulée en deux tranches sur toute la durée des travaux, environ 18 mois, afin de suivre au plus près la redécouverte des élévations du XIIIe siècle, dissimulées sous la suie et les repeints. La première tranche a porté sur les élévations des travées 7, 8 et 9 comprenant les verrières n°129 à 134. La seconde, après le déplacement de l’échafaudage, a consisté à poursuivre l’étude du vaisseau à la hauteur des travées 3 à 6 et des verrières adjacentes (n°135 à 142). Cette seconde tranche fait ainsi la liaison avec le massif occidental, étudié lors d’une précédente campagne de restauration (2010).

Le vaisseau central, érigé à partir de 1195-1200 et achevé vers 1230, a été bâti, comme l’ensemble de la cathédrale, en pierre locale dite de Berchères, du nom d’une commune proche de Chartres. Associé à cette roche dure et vacuolaire, un calcaire Lutécien, plus léger et fin, a été utilisé pour soulager les parties supérieures des arcs, alors qu’on le pensait réservé plus spécifiquement pour la sculpture des portails en raison de sa qualité pour la taille ornementale et de son coût élevé lié à son approvisionnement depuis la région parisienne. Conformément à ce principe, le maître d’œuvre a généralisé l’usage de moellons légers en craie tendre pour la construction du voûtement du vaisseau central, procédé qui a été poursuivi lors du voûtement du haut-chœur. Ce choix technique visait à réduire la charge des voûtes supérieures de la cathédrale pour que les poussées soient mieux reprises par les arcs-boutants et les voûtes basses, entièrement bâties, elles aussi, en pierres de Berchères.

Sur le chantier du vaisseau, pic et surtout taillant droit servaient à l’exécution des blocs les plus courants, même si l’usage du taillant, vers 1200, apparaît complètement suranné aux yeux des spécialistes. Pour réaliser les organes architecturaux spécifiques, comme colonnettes, arcs, piliers, voussoirs, roses, le marteau à taillant brettelé semble aussi très utilisé par les tailleurs de pierre qui l’employaient conjointement au taillant droit. Les hommes maniaient, le plus souvent, ces outils de manière oblique ou droite, mais aussi de façon croisée et s’aidaient parfois, pour dresser les faces d’un bloc, de ciselures relevées. Le recours à une importante main-d’œuvre sur le chantier de Notre-Dame explique certainement la diversité des gestes et de l’outillage. Tout a été mis à contribution, les hommes et les outils, pour bâtir vite et efficacement. Rien qui indique une stagnation technique, malgré le fait que cela ait été écrit en raison de l’usage du taillant droit. Cette cadence imposée sur le chantier est à l’origine de nombreux désordres. Les organes architecturaux les plus délicats (roses, fûts, bases et chapiteaux de colonnes) ont parfois été fracturés lors de leur manipulation et réparés pour être mis en œuvre.
Ces désordres, les traces d’outil, les différentes natures de roches ont été dissimulés par un enduit de finition. Grâce ce dernier, envisagé dès la naissance du projet, les ouvriers ont pu s’affranchir des finitions, manipuler les blocs sans trop d’attention, dans le but de redoubler de célérité.

Le vaisseau central a été échafaudé à plusieurs reprises et de différentes manières au cours de sa construction. Des échafaudages sur pieds et sans fixation aux murs ont servi à construire les grandes arcades jusqu’au triforium. À partir de ce niveau, une structure en bascule prend le relais permettant de démonter celui sur pieds et laisser ainsi les parties basses de la nef libres à la circulation. Cet échafaudage à bascule se développait symétriquement sur les deux murs gouttereaux du vaisseau central, mais sans le franchir. Cette double structure prenait à la fois appui sur la galerie du triforium et sur le voûtement des bas-côtés préalablement construits. L’échafaudage se développait ainsi de part et d’autre des murs gouttereaux et au travers des fenêtres du clair-étage encore dépourvues de remplage. Il a servi à construire les murs gouttereaux jusqu’à leur couronnement, puis a contribué à la mise en place de la charpente. Le vaisseau central se présentait alors comme un ouvrage avec des dispositifs d’attentes destinés à recevoir le voûtement dans un second temps.
Les parties supérieures de ce premier échafaudage suspendu ont été démontées pour installer les cintres des voûtes. De ces derniers, on a pu restituer le dispositif de couchis qui prenait appui entre les arcs et était repris par une armature de bois coincée entre les moulures des ogives et des doubleaux. Le chantier du voûtement s’est terminé par la réalisation de la voûte de la travée 4, assurant ainsi la liaison entre deux parties préalablement construites et provoquant un léger décalage dans l’alignement des clefs de voûte. Il est probable que la travée 3 bâtie contre les tours, ait devancée les travaux des travées les plus orientales (T5 à 9). Cela expliquerait, outre la présence des soubassements de la cathédrale de Fulbert, le fait que cette travée soit plus étroite que toutes les autres et qu’elle soit dotée d’un triforium ouvert de trois arcades tandis que les suivantes en compte quatre.
Une fois le voûtement achevé, l’échafaudage à bascule a été remonté au nord comme au sud, avec dans cette phase un dispositif de plateforme relayant les deux structures au-dessus du vaisseau pour permettre la réalisation de l’enduit au niveau de l’intrados des voûtes. Depuis ce nouvel échafaudage, les ouvriers ont monté le remplage des fenêtres du clair-étage, nécessitant la réalisation de trous de boulin autour des roses pour assurer son ancrage. Le montage en sous-œuvre des roses a nécessité qu’une importante quantité de plomb soit versée pour assurer les scellements des éléments. Dans les piédroits des fenêtres, des fers plats en forme de coin ont été disposés pour fixer en applique des châssis en bois. Ce premier système était destiné à accueillir les vitraux au niveau des lancettes, système qui fut remplacé par la suite et dont l’opération est relatée dans un texte de 1415-1416. Au niveau des roses, les structures métalliques, maintenant les verres, ont quant à elles été mises en place dès l’origine. Des précisions sur l’installation des cercles de fer placés dans les oculi seront apportées par la datation radiocarbone en cours.

Le gros-œuvre terminé, le chantier de revêtement mural a débuté. L’étude a permis de mettre en évidence l’existence d’un premier enduit reconnu jusqu’au sommet du triforium. Il fut rapidement remplacé par un programme décoratif plus global et complexe, ainsi les parements reçurent un décor de faux-appareil à joints blancs, puis un décor polychrome a été appliqué sur les clefs de voûte et les colonnettes du triforium. L’observation attentive de ces décors offre aujourd’hui la possibilité de donner des informations sur la progression de ce chantier de revêtement. Le recouvrement des murs du vaisseau central a progressé d’ouest en est et a commencé par les parties hautes du vaisseau, depuis l’échafaudage en bascule. Autour des roses, des petits crochets en forme de L ont été observés et avaient probablement pour fonction la mise en place de protection contre les roses afin d’enduire les murs sans risquer de casser ou simplement d’éclabousser les vitraux. Ce système a la même fonction que celui observé dans le chœur (principe à tenons scellés au plomb plus élaboré). La dépose des protections a été nécessaire pour finir d’enduire les roses autour des oculi et des quadrilobes. C’est certainement lors de ce travail de finition que les crochets ont été partiellement recouverts par l’enduit. Dans leur progression de haut en bas, les artisans retiraient les boulins des murs et en comblaient les trous. Lors de ce travail, les arcades du triforium des travées 3 et 4 nord ont fait l’objet d’un décor de fleurs de lys et de cercles blancs. Ornementation qui a été interprétée comme un essai puisqu’il a été effacé sous un mortier et qu’il n’a été reproduit sur aucune autre travée. L’enduit des parties basses a été terminé depuis un échafaudage en pieds reconstruit dans la nef.

Le vaisseau central a subi peu de remaniements postérieurs à son chantier de construction. La reprise la plus remarquable est sans doute la réalisation avant le XIVe siècle d’un nouvel enduit sur l’ensemble de ses élévations. Les transformations du bâti postérieures à ces phases médiévales sont très ponctuelles, on a noté principalement des réfections de l’enduit des voûtes, la création de décors polychromes sur les piliers et les modifications liées à l’installation des apôtres d’argent sculptés. L’incendie de 1836, a aussi entrainé un le réaménagement des trous de voûtes et de l’enduit autour. Le vaisseau central conserve la plupart de ses dispositifs et aménagements d’origine que la dernière restauration a su mettre en lumière. L’étude archéologique du transept et des bas-côtés permettrait de compléter nos connaissances sur la nef et, plus largement, sur l’ensemble de la cathédrale Notre-Dame de Chartres.


Commune : Chartres

Adresse/lieu-dit : Cathédrale- Vaisseau central

Département/Canton : Eure-et-Loire

Année de fouille : 2014-2016

Période principale d'occupation : Moyen Âge

Responsable d'opération : BOUTICOURT Emilien

Aménageur : Conservation régionale des Monuments Historiques

Raison de l'intervention : Restauration/Réhabilitation d'un bâtiment historique

Type de chantier : Etude du bâti (Fouille préventive)