Notice_site

Blain - Château de la Groulais- chaussée d'accès au pont-levis


L’intervention archéologique préventive réalisée de juillet à octobre 2015 au château de la Groulais à Blain (Loire-Atlantique) a porté sur une emprise de 275 m2 concernée par le projet de restauration du pont d’accès de la fortification. Ce projet était conduit par la ville de Blain. L’opération a été menée en deux phases. Dans un premier temps, une étude de bâti a été réalisée sur la chaussée moderne encore en place avant le démarrage des travaux. Son effondrement en 2004 est à l’origine du projet de restauration. Une fouille de son emprise a été effectuée dans un deuxième temps de manière à mettre en évidence les vestiges d’un pont d’accès antérieur, déjà partiellement visible après l’effondrement.
L’opération a mis en évidence quatre phases d’occupation comprises entre le Moyen Âge et la période contemporaine. Les principaux vestiges dégagés concernent l’occupation de la fin du Moyen Âge de cette partie des anciennes douves du château médiéval dont la mention la plus ancienne remonte à 1108. Cette dernière est représentée par quatre piles maçonnées de forme rectangulaire mises en œuvre sur le socle rocheux. Elles sont les vestiges d’un ancien pont d’accès. L’indigence du mobilier et le mauvais état de conservation des structures pour la période médiévale empêchent de dater avec précision les différents vestiges retrouvés. Toutefois, plusieurs indices chronologiques et stratigraphiques permettent de proposer le phasage suivant.
Deux vestiges remarquables, mais trop partiellement conservés, sont attribuables à ce premier état. Il s’agit d’un mur retrouvé sous les fondations de la tour du Pont-Levis, ouvrage d’entrée circulaire disposée sur le front sud de la résidence ducale. Aménagé dans le rocher, il pourrait témoigner d’un ouvrage de flanquement antérieur aujourd’hui disparu, et non documenté par les sources anciennes. Il en va de même d’une portion de fossé mise au jour sous la culée du pont d’accès aménagé lors de la phase suivante. S’agissait-il d’un ancien fossé ceinturant un ouvrage avancé du type barbacane ?
Par la suite, probablement à la fin du XVe siècle ou au début du XVIe siècle, les douves du château sont élargies dans le cadre des travaux de fortification conduits par Jean II de Rohan. Les piles maçonnées du premier état du pont d’accès identifié sont alors mises en place. Malgré d’importants travaux de terrassement effectués alors, une proéminence rocheuse a été conservée non loin de la tour du Pont-Levis. Servait-elle de premier réceptacle du pont-levis avant la mise en place de la pile la plus proche de l’entrée ?
La troisième phase d’occupation est caractérisée par la mise en place de murs de soutènement de part et d’autre du pont d’accès pour maintenir en place d’importants remblais apportés à la fin du XVIe siècle ou dans la première moitié du XVIIe siècle. Un caniveau est également aménagé pour assurer le passage de l’eau sous l’ouvrage de franchissement. Les douves du château sont alors alimentées par l’Isac, rivière qui a été canalisée au XIXe siècle pour former le canal de Nantes à Brest. Ces remblais ont livré un mobilier archéologique (céramique, objets métalliques, monnaies, …) conséquent et homogène scellé par la dernière phase d’occupation.
Dans un dernier temps, une chaussée est construite sur les vestiges du pont d’accès précédent. La « pile » rocheuse a également été insérée dans l’ouvrage d’accès mis en place au XVIIIe-XIXe siècle. La chaussée était constituée de murs de soutènement accueillant des remblais massifs destinés à recevoir le niveau de circulation. L’étude archéologique a démontré que cette construction a été menée à l’économie (matériau et temps) ce qui est certainement à l’origine de son effondrement en 2004. D’abord dotée d’un pont-levis en bois, ce dernier a été remplacé par une arche maçonnée à la fin du XIXe ou au début du XXe siècle. C’est alors qu’a été aménagé un caniveau au pied de la tour du Pont-Levis, sous l’arche. Il devait servir à l’irrigation des jardins aménagés dans les anciennes douves puisqu’elles n’étaient alors plus en eaux toute l’année.


Bibliographie scientifique :

  • Briand 2016 : BRIAND F., « Blain Château de la Groulais, pont d'accès », Archéologie Médiévale, Non paginé.


Commune : Blain

Adresse/lieu-dit : Château de la Groulais- chaussée d'accès au pont-levis

Département/Canton : Loire-Atlantique

Année de fouille : 2015

Période principale d'occupation : Moyen Âge

Autres périodes représentées : Période moderne,Epoque contemporaine

Responsable d'opération : BRIAND Fabien

Aménageur : Ville de Blain

Raison de l'intervention : Restauration/Réhabilitation d'un bâtiment historique

Type de chantier : Sédimentaire/Etude du bâti (Fouille préventive)