Notice_site

Ambronay - Maison Graven


Étude au cœur de l'abbaye d'Ambronay

La Maison dite « Graven » située dans l’enceinte de l’abbaye d’Ambronay fait l’objet d’une étude préalable en vue de sa restauration et de sa réhabilitation. Le département de l’Ain a confié la maîtrise d’œuvre de cette opération à l’architecte Richard Goulois (Croisée d’Archi). Dans ce cadre, une expertise archéologique (Archeodunum) et dendrochronologique (CEDRE) des planchers de la maison Graven et de sa charpente de toit a été souhaitée. Elle concerne également le plancher de la Tour Dauphine qui flanque l’extrémité est de la maison. L’objectif défini était de préciser la chronologie de l’ensemble de ces ouvrages charpentés dont les murs porteurs sont mitoyens et de déterminer si leur mise en œuvre appartient à un même réaménagement. Les ouvrages charpentés de la Tour des Archives n’intègrent pas, en revanche, ce projet dans la mesure où ce corps de bâtiment a déjà fait l’objet d’une précédente restauration. Le second objectif était aussi de mieux connaître ces ouvrages en bois, tant du point de vue de leur technique, que de leur typologie et de leur relation avec les élévations maçonnées afin de renseigner plus généralement la construction de cette partie de l’abbaye.
Le plancher et la charpente de la Maison Graven se développent sur environ 35 m de long, entre les deux tours du XIVe siècle qui la flanquent. Cette maison serait, en effet, implantée à l’emplacement de l’ancienne courtine d’un système défensif, désigné château, visant à protéger l’abbaye des conflits qui opposaient le comté de Savoie et le Dauphiné. Au XVe siècle, ces éléments de mise en défense ont été intégrés à l’établissement religieux. En 1651, lorsque la congrégation de Saint-Maur prit possession des lieux, l’ordre s’accommoda des bâtiments conventuels préexistants (église, salle capitulaire). Les religieux ne s’interdirent pas pour autant de modifier l’ancien dortoir en cellules pour les moines et d’aménager un nouveau réfectoire et une nouvelle cuisine dans le prolongement de la salle capitulaire. À l’emplacement de la Maison Graven se trouvait à cette époque l’infirmerie érigée contre les remparts. Un plan de l’abbaye dressé en 1662 signale le mauvais état de cette partie de l’abbaye ; il indique également que la Tour Dauphine doit être « démolie par ordre du roy ». Au XVIIe siècle, de grands travaux sont entrepris. La tour détruite doit être reconstruite ainsi que la maison Graven (aile est).
L’étude archéologique des planchers et de la charpente attestent que c’est dans cette phase de travaux attribuables au XVIIIe siècle que se place la mise en œuvre de ces ouvrages en bois, tant dans la Maison Graven que dans la Tour Dauphine. Les analyses dendro-chronologiques réalisées sur les planchers et les charpentes indiquent un abattage des bois entre 1704 et 1715d. On est donc en mesure de penser que l’ensemble des travaux menées par les Mauristes sur cette partie de l’abbaye étaient achevés ou en passent de l’être dans la seconde décennie du XVIIIe siècle.


Commune : Ambronay

Adresse/lieu-dit : Maison Graven

Département/Canton : Ain

Année de fouille : 2018

Période principale d'occupation : Période moderne

Autres périodes représentées : Moyen Âge

Responsable d'opération : BOUTICOURT Emilien

Aménageur : Conseil Général de l'Ain

Raison de l'intervention : Restauration/Réhabilitation d'un bâtiment historique

Type de chantier : Etude du bâti (Prestation)