Notice_site

Payerne - Rue de la Croix-Blanche, Grand Rue


Deux tranchées d’une longueur cumulée de 65 m ont été effectuées sous surveillance archéologique, à la rue de la Croix-Blanche (25 m) et à la Grand-Rue (40 m), dans le cœur historique de Payerne, entre mai et juin 2018. Elles sont situées au nord de la colline de l’Abbatiale, occupée depuis l’époque romaine, et au sud de la rue Montpellier où une fouille a occasionné la découverte de vestiges, datés entre le Moyen Âge et le 19e siècle (Maroelli 2017).

L’étude stratigraphique montre un séquençage des vestiges comprenant trois phases principales à laquelle s’ajoutent les installations anciennes des rues actuelles (canalisations maçonnées, pavés, phase 4). En l’absence de relations stratigraphiques avérées, la stricte contemporanéité entre des éléments d’une même phase observés dans des secteurs différents ne peut pas être assurée.

Dans la rue de la Croix-Blanche, la première phase d’occupation correspond à une épaisseur de terres noires. Seule une fosse peut leur être associée. À l’intersection des deux rues, l’occupation initiale est matérialisée par trois fosses de rejet. Le comblement de deux d’entre elles – scories, battitures, nodules de rubéfaction – indiquent la proximité d’un atelier de forge. Enfin, dans la Grand-Rue, c’est un fond de cabane qui a été reconnu comme la structure la plus ancienne. Comme les terres noires, il évoque une datation du Haut Moyen Âge ou du Moyen Âge central.

La deuxième phase correspond dans la Grand-Rue à une forte densité de structures fossoyées dont il n’est pas possible de faire ressortir un plan cohérent. Les quelques recoupements observés indiquent que plusieurs constructions en matériaux légers se sont succédées au même emplacement. L’ensemble est bordé à l’ouest par un large fossé (7 m), qui délimite leur extension dans cette direction. Dans la rue de la Croix-Blanche, seul un empierrement est rattachable à cette phase. Aucun élément ne permet pour le moment de proposer une fourchette de datation pour ces vestiges.

Pour la phase 3, un mur en molasse ST1 situé dans le prolongement d’un autre découvert à la rue de Montpellier confirme un alignement de façades dans cette partie de la rue de la Croix-Blanche. Dans la Grand-Rue, trois fondations en galets maçonnés appartiennent à une autre construction. Les vestiges les plus récents (phase 4; pavés, canalisations maçonnées) sont à rattacher à des anciens aménagements des rues actuelles.

À l’exception des terres noires et du fond de cabane qui évoquent le Haut Moyen Âge ou le Moyen Âge central, les autres vestiges découverts ne bénéficient d’aucun élément de datation. Des prélèvements, notamment de charbon, ont été effectués et seront à disposition pour des recherches complémentaires. Les fouilles de la rue Montpellier apportent toutefois quelques points de comparaisons chronologiques. La formation des terres noires, dont on ignore la période à laquelle elle débute, s’y interrompt à la fin du 13e ou au début du 14e siècle (Maroelli 2017, p. 27). Le premier bâtiment maçonné, interprété comme une grange, est érigé au 14e siècle. Mais le petit bâtiment situé dans le prolongement du mur ST1 ne sera vraisemblablement construit qu’à la fin du 15e siècle (Maroelli 2017, p. 40-75).

Enfin, les résultats de cette surveillance mériteront d’être confrontés aux sources historiques, comme les anciens plans de cadastre. Un espace de marché est en effet attesté au Moyen Âge dans ce secteur (information orale de Brigitte Pradervand, historienne de l’art).


Commune : Payerne

Adresse/lieu-dit : Rue de la Croix-Blanche, Grand Rue

Département/Canton : Vaud

Année de fouille : 2018

Période principale d'occupation : Moyen Âge

Autres périodes représentées : Période moderne,Epoque contemporaine

Responsable d'opération : MENNA François

Aménageur : Commune de Payerne

Type de chantier : Sédimentaire (Fouille préventive)