Notice_site

Le Loroux-Bottereau - ZAC du Plessis, tranches 1 et 2


Notice scientifique tranche 1
Le projet d’extension de la zone d’aménagement concerté du Plessis sur la commune du Loroux Bottereau a donné lieu à un diagnostic en 2012. Ce dernier a permis de mettre en évidence un établissement enclos laténien à double enceinte (« Plessis 1 »). L’opération de fouille a été confiée à la société Archeodunum. La prescription de la première tranche a donné lieu à une fouille de près de 8 ha centrée sur l’établissement laténien (tranche 1).
L’opération de fouille archéologique a confirmé les tracés de la double enceinte avec un enclos rectangulaire – tronqué à l’ouest par les limites de fouille – aux fossés relativement puissants (largeur moyenne 2,5 m ; profondeur moyenne 1,3 m) et l’enceinte curviligne plus modeste (largeur moyenne 1,20 m ; profondeur moyenne 0,60 m). L’étude du mobilier céramique semble accréditer la contemporanéité de l’enclos et de l’enceinte et situe le début de l’occupation au cours de La Tène moyenne et un abandon vraisemblablement au début de La Tène finale. La fouille a également mis en évidence une partition majeure de l’enclos rectangulaire constituée de trois fossés consécutifs orientés nord-sud et aussi puissants que ceux de l’enclos. L’analyse des remplissages de ces fossés a étayé l’hypothèse d’un talus interne à l’enclos et d’un autre localisé à l’est de la partition principale. Une série de fossés plus modestes viennent s’accoler à la partition principale et segmentent ainsi l’espace occidental de l’enclos rectangulaire. Ce système de partition structure l’espace interne grâce à une cour et des dispositifs de franchissement des fossés (interruption, passerelle). L’écrasante majorité des structures en creux (trous de poteaux et fosses) est regroupée au sein de l’enclos rectangulaire. Au moins 19 ensembles cohérents largement attribués à l’occupation laténienne se dégagent de ces concentrations. Parmi ces ensembles se distinguent au moins 8 greniers sur quatre ou cinq poteaux, 6 annexes agricoles et/ou artisanales, 2 voire 3 unités domestiques et une activité sidérurgique (scories, pince de forgeron et pelle à feu) possiblement associée à un bâtiment rectangulaire. La combinaison de ces bâtiments et du système de partition révèle des aires dédiées aux activités artisanales et agricoles (stockage des denrées, atelier de tissage, atelier sidérurgique) regroupée autour de la cour. Les groupes domestiques, composés d’une unité d’habitation accompagnée de deux greniers et d’une ou plusieurs annexes, sont rejetés en périphérie au-delà de partitions plus conséquentes. L’absence de bâtiments au-delà de l’enclos rectangulaire et la contemporanéité supposée de la vaste enceinte curviligne (plus de 3 ha observés) laisse supposer un espace agro/pastoral circonscrit par cette dernière.
Ce site possède les caractéristiques du petit « hameau » laténien enclos avec des bâtiments au sein de l’espace interne dédiés à l’habitat, à l’artisanat et au stockage. La présence de quelques éléments mobiliers tels que des scories, une pince de forgeron et une pelle à feu témoigne d’une activité sidérurgique modeste d’entretien de l’outillage à l’échelle de la ferme. Malgré l’absence d’un riche mobilier, ce site pourrait néanmoins revêtir un statut privilégié pouvant laisser transparaître un rang social élevé par ses dimensions relativement imposantes, sa double enceinte témoignant de l’appropriation d’un territoire conséquent et la présence de quelques amphores italiques suggérant des échanges commerciaux.
Un « bruit de fond » antique mis en évidence par la céramique témoigne possiblement d’une exploitation de ce secteur après l’abandon de l’établissement enclos (mise en culture ?). Enfin, les vestiges les plus récents correspondent au réseau parcellaire contemporain.

Notice scientifique tranche 2
Le projet d’extension de la zone d’aménagement concerté du Plessis sur la commune du Loroux Bottereau a donné lieu à un diagnostic en 2012. Ce dernier a également permis de mettre en évidence un enclos circulaire protohistorique (« Plessis 2 »). La prescription d’une seconde tranche de fouille de 7000 m² centrée sur cet aménagement fossoyé a été confiée à la société Archeodunum.
L’opération de fouille archéologique a confirmé la morphologie de l’enclos circulaire de 9 m de diamètre et interrompu sur 1 m au nord. La fouille manuelle et exhaustive du fossé d’enclos avait pour objectif d’optimiser la découverte de mobilier pour caractériser cet aménagement. Malheureusement, et comme bien souvent pour ce type de structure, le mobilier s’est avéré extrêmement rare. Le prélèvement de charbons de bois dans le comblement de l’enclos a autorisé le recours aux datations par le radiocarbone. Trois charbons, issus de différentes couches du fossé, permettent d’envisager un abandon de l’enclos circulaire à la fin du premier âge du Fer (milieu VIe – Ve siècles av. J.-C.). La multiplication des coupes dans ce fossé n’a pas permis de mettre en évidence l’existence d’une levée de terre effondrée (tertre, talus). Une fosse récente apparaissant directement sous la terre végétale et localisée dans l’espace central de l’enclos brouille d’autant les interprétations morphologiques et fonctionnelles puisqu’elle a pu oblitérer des aménagements contemporains de l’enclos. L’étude anthracologique des charbons issus du comblement du fossé d’enclos révèle une faible variété de taxons (chêne, saule et genêt/ajonc), des gabarits récurrents et des indices de traitement du bois (certaines extrémités biseautées, traces de liens écrasant le bois). Ces indices suggèrent la sélection du bois pour un usage particulier. Deux hypothèses sont proposées par l’anthracologue Nancy Marcoux : la présence à proximité de l’enclos de parois en clayonnage ou d’une toiture incendiée.
L’emprise de cette seconde tranche n’a pas révélé d’autre enclos circulaire. Des fossés traversent ce secteur et correspondent vraisemblablement à du parcellaire. L’absence de mobilier dans leur comblement ne permet pas de préciser leur datation. Néanmoins, la chronologie relative grâce aux recoupements entre ces fossés a autorisé à distinguer 7 phases possibles en plus de l’enclos circulaire. Ces phases s’échelonneraient hypothétiquement de la Protohistoire à l’époque contemporaine en passant par la période médiévale puisqu’une datation par radiocarbone précise l’abandon d’un des fossés au cours des VIIIe-Xe siècles av. J.-C.



Commune : Le Loroux-Bottereau

Adresse/lieu-dit : ZAC du Plessis, tranches 1 et 2

Département/Canton : Loire-Atlantique

Année de fouille : 2019

Période principale d'occupation : Age du Fer

Responsable d'opération : MENAGER Jimmy

Aménageur : Société Equipement de Loire Atlantique

Raison de l'intervention : Extension de la ZAC du Plessis

Type de chantier : Sédimentaire (Fouille préventive)