Notice_site

Villages-du-Lac-de-Paladru (Le Pin) - Logis mitoyen de l'ancienne correrie de la chartreuse de la Sylve-Bénite


Le site de l’ancienne correrie de la chartreuse de la Sylve-Bénite, sur lequel se trouve le logis mitoyen à la Grange Dîmière, suscite l’intérêt du Pays Voironnais qui s’est donné pour objectif de protéger et de mettre en valeur ce patrimoine bâti. C’est dans ce contexte que l’équipe d’Archeodunum a été sollicitée, afin de réaliser une expertise archéologique du bâtiment situé à l’extrémité occidentale du logis mitoyen.
Les objectifs scientifiques de cette intervention étaient, d’une part, de renseigner la chronologie relative entre les bâtiments Est et Ouest, à partir surtout de la façade nord du logis qui est la plus accessible. Il s’agissait d’autre part de fournir des éléments de datation absolue, grâce à une étude dendrochronologique des pièces de bois qui forment les planchers du bâtiment Ouest. L’étude des maçonneries intérieures de ce dernier s’est donc concentrée autour de ces éléments datant (fig. 3). L’intérieur du bâtiment Est ne fait pas partie de la prescription.
L’intervention s’est déroulée sans échafaudage et seules les maçonneries concernées par l’étude, celles du bâtiment Ouest, ont pu faire l’objet de sondages profonds. De fait, les observations sur le parement extérieur du mur nord ne peuvent être considérées comme des éléments d’interprétation mais sont davantage des pistes de recherche pour une étude archéologique générale du logis mitoyen.

L’analyse archéologique a permis de mettre en évidence trois états principaux pour la construction du logis mitoyen et son évolution dans le temps. L’état 1 correspond à la construction d’un bâtiment en briques sur un soubassement en galets, de plan rectangulaire et d’axe est-ouest. En élévation sur deux niveaux, rez-de-chaussée et 1er étage, il semble pourvu à l’origine d’ouvertures surmontées d’un linteau en bois monolithe dont l’arête inférieure est chanfreinée.
L’état 2 correspond à l’agrandissement vers l’ouest de ce bâtiment en briques, sur 7,5 m de long et sur une hauteur indéterminée. Cette extension est construite à l’aide de galets assisés, appareillés en épis. On ignore la nature des ouvrages de charpente qui lui étaient associés (planchers et couvrement).
L’état 3 correspond à une reprise importante de ce bâtiment Ouest qui aurait été réalisée à la fin du XVIIe siècle (entre 1689 et 1708d, état 3), c’est-à-dire peu après la reconstruction de la Grange Dîmière qui fait suite aux destructions dues aux guerres de Religion1. Le logis avait peut-être lui aussi subi des dégradations, qui ont entrainé des réparations et un remaniement global de sa partie occidentale. Cette dernière a consisté en la création d’un étage et d’un niveau de comble à l’aide de planchers réinsérés dans les maçonneries. Dans un même temps, une porte communiquant entre les deux bâtiments est percée sur le palier du 1er étage. On suppose que les grandes fenêtres appareillées à l’aide de pierres taillées dans de la molasse et qui correspondent à ce nouveau découpage du bâtiment sont aménagées au même moment.

Le bâtiment a subi des modifications postérieures à l’état 3, que l’étude archéologique a permis d’identifier sans pour autant qu’il soit possible de définir leur chronologie relative. Tout d’abord, le cloisonnement interne est remanié, entrainant la condamnation du passage entre les bâtiments est et ouest. Cela nous incite à proposer un terminus post quem pour ces travaux qui est la vente comme bien national de la chartreuse en 1798, des suites de la Révolution de 1789.
Ensuite, on a identifié dans le mur nord du bâtiment Est les vestiges de deux structures d’assemblage de bois, qui pourraient correspondre à un avant-toit disparu. Les pièces de bois semblent en réinsertion, mais seule une étude archéologique du bâti et une dendrochronologie pourraient apporter des éléments de réponse quant à la datation de ces structures.
On peut également citer pour le bâtiment Ouest l’insertion d’une pierre d’évier taillée dans un bloc de molasse et ornée d’une frise gravée, ainsi que le percement de nouvelles fenêtres et l’insertion d’un séchoir à noix dans le mur sud.
Pour finir, les sondages réalisés à l’intérieur du bâtiment ouest ont mis en évidence une stratigraphie complexe de décors peints, tous postérieurs à l’état 3.



1 CHARTREUX DE SÉLIGNAC (COLLECTIF), Nouvelle bibliographie cartusienne, Analecta Cartusiana, 2005, seconde édition revue, corrigée et augmentée par une équipe de chercheurs sous la direction des chartreux de Sélignac. Consulté sur le portail : https://cercornum.univ-st-etienne.fr/analectacartusiana/


Quelques images du site :


Façade ouest du logis

Sondage dans l'enduit autour d'une poutre

Marque d'assemblage III sur une poutre de rive


Commune : Villages-du-Lac-de-Paladru (Le Pin)

Adresse/lieu-dit : Logis mitoyen de l'ancienne correrie de la chartreuse de la Sylve-Bénite

Département/Canton : Isère

Année de fouille : 2020

Période principale d'occupation : Période moderne

Autres périodes représentées : Epoque contemporaine

Responsable d'opération : COLLOMB Camille

Aménageur : Communauté d'agglomération du Pays Voironnais

Type de chantier : Etude du bâti (Fouille programmée)