Notice_site

Yverdon-les-Bains - Rue des Jordils


Le creusement des deux tranchées dans la partie N-O, dont la longueur cumulée atteint 220 m, a permis de confirmer une fréquentation gallo-romaine durant les Ier et IIe siècles. Aucune structure n’a été mise en évidence de manière certaine, ce qui peut être expliqué par leur localisation dans une zone périphérique marécageuse et donc hors de l’agglomération. Pour ces raisons, ainsi qu’en raison de l’absence de mobilier romain et de l’éloignement du tissu urbain, nous estimons que le mur M 7 est postérieur à la période romaine, sans plus de précision.

Dans la partie S-E des travaux, les caissons A, B et E-F, ainsi que les tranchées C et D, permettent de compléter l’état des connaissances. Comme attendu suite aux observations effectuées en 2004, où plusieurs murs ont été mis au jour, et lors de la découverte du sanctuaire de l’ouest, notre intervention révèle la présence d’un nombre indéterminé de bâtiments jusqu’alors inconnus, datés de la période romaine, près de la rue Pestalozzi. 

Malgré le caractère non systématique des sondages effectués et la possibilité que des découvertes futures contredisent nos hypothèses, les résultats de cette intervention confirme toutefois que le réseau des insulae ne s’est probablement pas développé sur la partie septentrionale du cordon, dont les constructions étaient vraisemblablement liées à d’autres activités, cultuelles et probablement funéraires, notamment.

L’unique intervention “profonde” située sur la rive droite de la Thièle a été effectuée lors du creusement du caisson E-F. Il met en évidence les dépôts fluvio-lacustres de l’époque gallo-romaine qui devraient être en relation avec la Thièle de cette période. 

Globalement, cette intervention, qui complète celle de 2004, permet d’obtenir une coupe stratigraphique de référence mesurant 380 m de longueur, entre la rue des Moulins et le Canal Oriental actuel, qui se situe à l’endroit du lit de la Thièle entre la Tène finale et le haut Moyen âge. Elle se raccorde à celle de la rue des Philosophes qui couvre une distance de plus de 400 m. Ensemble, elles offrent une vue complète de la partie centrale du cordon littoral III, sur environ 800 m de longueur, et permettent d’appréhender les interactions entre les problématiques archéologiques et paléo-environnementales, dans le cas présent, uniquement à partir de la période romaine. 

En effet, nous ne pouvons nous prononcer quant aux occupations plus anciennes, car les attestations mises en évidence à proximité, dans le Parc Piguet et à l’extrémité orientale de la rue des Jordils, sont situées sous le fond de fouille atteint lors de ces travaux de réfection, tant en 2004 qu’en 2013. Le niveau d’apparition des vestiges du second âge du Fer est situé à environ 1.50 m plus bas, soit vers 431 m.


Commune : Yverdon-les-Bains

Adresse/lieu-dit : Rue des Jordils

Département/Canton : Vaud

Année de fouille : 2013

Période principale d'occupation : Antiquité

Responsable d'opération : MENNA François

Aménageur : Commune d'Yverdon-les-Bains

Raison de l'intervention : Remplacement des services

Type de chantier : Sédimentaire (Suivi de travaux)