Notice_site

Ancenis - Le Château


Une fouille archéologique d’urgence a été déclenchée en prestation de service pour le compte de l’Etat, sur la commune d’Ancenis dans l’enceinte du vieux château.
La zone concernée se situe sur la section cadastrale S parcelle n°677 et couvre une surface d’environ 20 m². Une découverte fortuite, au pied de la courtine nord du château, d’un sarcophage en place associé à des niveaux antiques avait été réalisée en mars 2012 qui permettait de reconsidérer entièrement les origines de l’un des sites fortifiés les plus emblématiques de la région Pays-de-la-Loire. L’Etat a considéré que les travaux de terrassement réalisés à proximité immédiate menaçaient fortement ces vestiges
Cette petite superficie a entraîné une fouille directe du terrain, sans diagnostic préalable. L’intervention s’est déroulée du 28 mai au 14 juin 2013 avec une équipe de 3 personnes en moyenne.
La fouille de ce site a permis, malgré la petite superficie étudiée, de mettre en évidence cinq occupations successives allant de l’antiquité à la fin de la période médiévale.
Une première installation du secteur vers la fin du Ier s.-IIe s. ap. J.-C. est attestée. Le type et l’importance du mobilier, trouvé dans le remblai, permettent de supposer à l’existence d’un bâtiment construit en "dur" à proximité immédiate de la fouille. Malheureusement, ces niveaux ont dû totalement disparaître lors de la construction du château (douves et nivellement), et il reste peu de chance d’en retrouver la trace. Ce sont les premières traces attestées à cette période dans la ville elle-même.
Puis une zone funéraire est installée, qui semble perdurer du Ve au VIIe s.. Cinq sépultures ont été retrouvées dont deux sarcophages en calcaire, provenant de deux carrières différentes, deux en "pleine terre" dont une avec une couverture en schiste ardoisier (de provenance locale) et une dernière, composite, contenant trois individus dont un en réduction. La petite superficie fouillée n’a pas permis de déceler les limites de cette zone.
Un décaissement du secteur a ensuite eu lieu au Xe-XIIIe s., arasant en grande partie les niveaux des états antécédents, comme les sépultures. Ces travaux pourraient être rattachés aux premières constructions du château, et pourraient correspondre à un nivellement des lieux, avec, présents sur le site, une couche pouvant représenter des déchets de taille. Les premières structures maçonnées apparaissent sur le fouille à cette même période. Il s’agit d’une maçonnerie de construction modeste, très arasée et détruite en grande partie lors de la mise en place de la courtine et de murs plus tardifs.
En effet, dans la fourchette allant du XIIIe s. au XVe s., deux murs sont construits, de meilleur facture et de largeur assez importante, laissant supposer un ou plusieurs bâtiments plus soignés et plus imposants.
Ces murs seraient ensuite abandonnés lors de la mise en place de la courtine du château à la mi XVe s. – XVIe s.
Malgré la petite superficie fouillée, cette opération a donc permis de  dégager de nombreuses informations sur le secteur, sur une fourchette chronologique assez large. C’est le seul endroit où potentiellement ces niveaux pouvaient être observés, les alentours étant totalement arasés par différentes campagnes de travaux, que ce soit aux époques médiévale, moderne ou contemporaine. Le seul endroit pouvant être encore préservé se localise sur une toute petite superficie, vers la tour nord-est de la courtine.


Commune : Ancenis

Adresse/lieu-dit : Le Château

Département/Canton : Loire-Atlantique

Année de fouille : 2013

Période principale d'occupation : Antiquité,Moyen-Age

Autres périodes représentées : Période moderne,Epoque contemporaine

Responsable d'opération : Mélanie LEFILS

Aménageur : Société Equipement de Loire Atlantique

Raison de l'intervention : Autre aménagement

Référence bibliographique : Briand 2015 : BRIAND F., « Ancenis Château, logis Renaissance », Archéologie Médiévale, Non paginé.