Notice_site

Pierrelatte - Les Tomples


À la fin de l’année 2017, au lieu-dit "Les Tomples", suite à un diagnostic réalisé sous la responsabilité de C. Chatellier (Inrap) (Chatellier 2017), une fouille a été exécutée avant l'extension d'une usine métallurgique de l’entreprise Rozier sur près de 4000 m². Au sommet des alluvions holocènes de la plaine tricastine, cette opération a permis de mettre au jour une petite occupation néolithique recoupée par de rares structures antiques et modernes.


Plusieurs trous de poteau semblent se raccorder à cette occupation néolithique, mais avec très peu d’attribution chronologique et d’interprétation architecturale envisageable.
Quelques tessons décorés au cardium avaient été mis en évidence lors du diagnostic (Ferber, in Chatellier 2017) et la fouille jouxte le gisement des "Malalônes" qui est reconnu pour son occupation de la fin du Néolithique ancien (Linossier et al. 1997), mais les indices de cette période sont rares sur notre fouille.
Quelques fosses silos pourraient se raccorder à la phase moyenne du Néolithique, mais elles n’ont livré que peu de mobilier et une seule datation est comprise à la fin du Néolithique moyen, entre 3600 et 3400 avant notre ère.


Une occupation du début du Néolithique final a été mise en évidence avec notamment deux épandages de mobilier non structurés et un puits. Les épandages correspondent à des niveaux ayant livré des concentrations de céramique, lithique et rares restes fauniques sans organisation, ni structure associée. Le puits n'est pas très profond (1,9 m), mais il atteint facilement la nappe du Rhône et sa fouille a livré de la céramique dont quelques vases écrasés en place, de rares pièces lithiques, des bois de cervidés et quelques éléments carbonisés, dont des restes d'arbouses. Ce puits contenait également deux restes humains déconnectés de toute organisation funéraire. Le mobilier céramique de ces structures se rattache à un corpus du groupe de Fraischamp avec notamment deux exemplaires de vases polypodes. Le mobilier lithique ne contredit pas cette attribution avec un grand nombre de pièces brûlées et/ou fragmentées. Cinq datations radiocarbones proviennent des structures et des épandages et leurs résultats après calibration sont compris dans un intervalle entre 3100 et 2800 avant notre ère.


Les structures antiques qui ont été retrouvées aux Tomples se rattachent quant à elles à une occupation agricole du Haut-Empire. Elles correspondent à quelques fossés, une palissade sur poteaux, un épandage de mobilier et plusieurs dizaines de fosses de plantation de vignes qui s’insèrent très bien dans la trame du cadastre B d’Orange.


Commune : Pierrelatte

Adresse/lieu-dit : Les Tomples

Département/Canton : Drôme

Année de fouille : 2017

Période principale d'occupation : Néolithique

Autres périodes représentées : Antiquité

Responsable d'opération : Clément MOREAU

Aménageur : Entreprise Rozier

Raison de l'intervention : Aménagement d'un bâtiment industriel