Notice_site

Annecy - 10 rue André Theuriet


La société Archeodunum SA a réalisé une opération de fouille préventive dans la commune d’Annecy au 10 rue André Theuriet au cours des mois de février et mars 2008, dans le cadre de la construction d’un bâtiment d’habitation. Cette intervention a porté sur un site gallo-romain exploré sur une superficie de 894 m2 . Elle fait suite à la fouille effectuée en 2007 sur la parcelle attenante au n°8 de la rue André Theuriet et qui fait partie du même projet immobilier.
La couche anthropique la plus ancienne datée du IIe s. ap. J.-C qui a été identifiée sur la parcelle adjacente, n’a pas été retrouvée ici. L’occupation du site est datée exclusivement par le comblement des structures en creux qui a livré du mobilier du IIIe et IVe s. ap. J.-C. Cette occupation du site entre le IIe s. 1et le IVe s. ap. J.-C. a vraisemblablement perduré de manière ponctuelle au Haut Moyen Age et jusqu’à des périodes modernes. La mise au jour d’une nouvelle structure médiévale et la découverte de tessons modernes dans le fossé [1008] viennent étayer ces hypothèses.
Deux zones empierrées occupent une surface de 10.5 m2et 140 m 2 dans la moitié sud du chantier. Elles constituent sans doute des niveaux de sol en cailloutis dont le plus grand est la prolongation d’un aménagement repéré sur la parcelle du 8 rue André Theuriet.
Un grand fossé (1.6 m de large pour 0.6 m de profond) d’orientation nord/ouest-sud/est traverse la zone fouillée. Son orientation correspond à celle des parcelles représentées sur la Mappe Sarde (1730). Il est donc possible qu’il s’agisse d’une limite de parcellaire relativement récente.
La moitié ouest du chantier comporte dix-sept trous de poteaux, un petit fossé d’orientation est-ouest, deux fosses ainsi qu’un empierrement datant du Moyen Âge au nord-ouest. Un ensemble de dix-sept fosses se répartissent inégalement dans la moitié est du chantier qui comporte aussi onze trous de poteaux. Il n’a pas été possible de restituer une quelconque construction à partir de ces faits trop dispersés dans l’espace.
Ce site constitue le seul exemple connu sur la rive nord du lac, si l’on exclut les zones d’accès latérales que sont le portus et les pentes du mont Veyrier. Implanté dans une zone marécageuse peu propice à l’installation humaine, il est aussi le seul site situé en dehors des principaux axes routiers. Dès lors, la découverte de cette nouvelle zone d’occupation dans un secteur considéré comme inhospitalier permet de reconsidérer les données concernant les constructions périurbaines du vicus et leur lieu d’implantation. Elle démontre que certaines zones, a priori inhospitalières et en marge des grands axes de circulation, ne sont pas forcément inoccupées. La nature du site n’a pas pu être clairement établie. En l’absence d’indices déterminants attestant une activité artisanale, l’hypothèse d’un établissement rural à vocation agricole nous semble la plus pertinente.
Quelques indices ténus de fréquentation à des époques postérieures ont été mis en évidence, essentiellement dans la partie sud du site, à travers la présence de tessons piégés dans quelques structures en creux. Il s’agit d’un trou de poteau et d’une petite tranchée, datés de la période romaine (Ier siècle de notre ère), d’un fossé d’époque médiévale (13 e siècle), d’une fosse de fonction indéterminée, d’un trou de poteau et d’une structure d’ampleur et de nature diffuses, d’époque moderne voire contemporaine.
Le site du Lycée du Bâtiment à Riom semble pouvoir se définir comme un établissement rural ouvert, implanté au IIe s. av. J.-C. sur les marges septentrionales de la Limagne. S’il s’inscrit au sein d’un ensemble de sites à vocation essentiellement agricole, mis au jour dans le secteur du bassin Clermontois, ainsi qu’à une plus vaste échelle, dans les départements du Puy de Dôme et de l’Allier, ses particularismes viennent enrichir le dossier des occupations laténiennes dans ce secteur. En Auvergne, peu de plans de bâtiments sont à ce jour connus en milieu rural et le site de Riom, par la variété de ses aménagements architecturaux, ménage de nombreuses perspectives de recherche pour l’avenir.


Commune : Annecy

Adresse/lieu-dit : 10 rue André Theuriet

Département/Canton : Haute-Savoie

Année de fouille : 2007

Période principale d'occupation : Antiquité

Responsable d'opération : Bastien JULITA

Aménageur : SCI MGM Annecy

Raison de l'intervention : Construction de logements/projet immobilier