Vert-le-Grand, Ecosite de Vert-le-Grand/Echarcon, La Pièce des Everts (Essonne, 91)

De la Préhistoire à nos jours à Vert-le-Grand

Le site de Vert-le-Grand est situé dans le département de l’Essonne, à une quarantaine de kilomètres de Paris. Localisé à l’est de la D31, la parcelle B141 se trouve entre l’ancienne butte du Braseux au sud et la butte de Montaubert au nord. La fouille précédait un projet de construction d’un pôle d’activités économiques dirigé par le Groupe Semardel. Menée sur une superficie de 15350 m2, elle a révélé une occupation un peu plus dense, que ce que laissait entrevoir le diagnostic archéologique.
Parmi les 143 structures mises au jour, trois grandes périodes chronologiques ont été identifiées : une première correspondant aux temps préhistoriques, une seconde à l’occupation protohistorique et une dernière à l’occupation gallo-romaine.
La Préhistoire est matérialisée quasi exclusivement par le corpus d’objets lithiques en position secondaire. Ils attestent de fréquentations du secteur depuis le Paléolithique jusqu’au Néolithique final. Une seule structure de combustion du Néolithique ancien a été identifiée.
En ce qui concerne la période protohistorique, du rare mobilier céramique en position résiduel, permet d’entrevoir une ou plusieurs occupations à proximité immédiate de l’emprise fouillée, à partir de La Tène ancienne et de La Tène moyenne. De nombreux vestiges archéologiques imputables à La Tène finale et à la période augustéenne ont été mis au jour. L’occupation est matérialisée dans un premier temps par un habitat rural à deux cours en partie centrale de l’aire prescrite inscrit dans un réseau fossoyé plus vaste, pouvant s’étendre au-delà des limites de fouille. Un second enclos, abandonné semble-t-il un peu plus tardivement, s’organise en partie nord-ouest de l’emprise. Les vestiges fossoyés de cet habitat rural, aux activités domestiques et d’échanges et possiblement agricoles, sont définitivement scellés à l’approche du milieu du ier s. apr. J.-C.
Le site demeure inoccupé à la fin du ier s. et durant une partie importante du iième s. apr. J.-C. A l’issu de ce hiatus chronologique, l’occupation du site reprend avec l’aménagement de bâtiments à fondations de blocs de grès et meulière, bordant un vaste espace central quadrangulaire. Plusieurs niveaux archéologiques livrant des lots céramiques importants de la fin du iième s. et du iiième s. apr. J.-C., nous permettent d’envisager une occupation s’étendant sur presque un siècle. Le possible trésor monétaire dont la cache intervient au plus tôt dans le dernier tiers du iiième s. apr. J.-C. permet d’envisager la fin de cette occupation à la fin de ce siècle malgré la présence ténue de mobilier céramique des ivème et vème et d’un foyer utilisé entre 390 et 450 apr. J.-C.
Si parmi les autres vestiges découverts sur la parcelle B141 certains demeurent non phasés, d’autres sont liées aux activités agricoles de la période contemporaines (drains, fossés).
Cette opération a permis d’appréhender chronologiquement et de manière discontinue, l’occupation humaine en bordure occidentale du plateau de Brie, depuis la Préhistoire jusqu’à nos jours. Ces occupations et fréquentations répétées font de ce site un lieu d’implantation privilégié. L’homme a semble-t-il cherché à mettre à profit ce terroir à des fins domestiques évidentes mais également agricoles.

François PRIOUX

Commune: Vert-le-Grand
Adresse / lieu-dit: Ecosite de Vert-le-Grand/Echarcon, La Pièce des Everts
Département / Canton : Essonne (91)
Pays: France

Date de l’intervention:
du 15/07/2014 au 19/09/2014

Période(s) concernée(s): Antiquité romaine

Raison de l’intervention:
Extension de décharge

Responsable d’opération: François PRIOUX
Suivi scientifique:
SRA Ile-de-France
Aménageur: SEMARDEL

Carte