Notice_site

Artannes-sur-Indre - ZAC du Grand Clos


Découvert d'un enclos et d'une nécropole du second âge du Fer au sud de Tours

Le site de la « Zac Le Clos Bruneau », sur la commune d’Artannes-sur-Indre (Indre-et-Loire), est localisé à 14 km au sud-ouest de l’agglomération de Tours. Le gisement est implanté sur un plateau qui surplombe à moins d’1 km de la rive droite de l’Indre. La fouille préventive qui a eu lieu à la fin de l’année 2018, a été réalisée en amont d’un projet d’aménagement d’une zone dédiée à l’habitat et aux commerces. La prescription de fouille fait suite à la campagne de diagnostic dirigée par P. Salé (Inrap) en janvier 2017. La surface de l’occupation couvre 2,2 ha, elle semble se prolonger vers le sud et l’ouest. L’absence d’un enclos classique jouant le rôle de limite claire ne permet pas d’évaluer les probables extensions du site. L’est de l’emprise est marqué par un substrat d’argile et de silex, où deux affleurements rocheux pointent au-dessus du sol actuel. Au centre et à l’ouest de l’emprise, le substrat est constitué de calcaire qui parfois est recouvert d’un niveau d’argile plus ou moins épaisse.
Les vestiges concernent principalement le Second âge du Fer avec la présence d’un enclos ouvert et d’une série d’aménagements (135 trous de poteau, 42 fosses, 11 silos, 5 puits, 4 structures de combustion). En outre, une nécropole à crémation contenant une vingtaine de sépultures a été mise au jour au sud-ouest de l’emprise. Enfin, une carrière à aire ouverte semble avoir été exploitée durant la période médiévale.

Depuis l’est, un enclos ouvert délimite un espace d’environ 2 500 m2. Il est complètement ouvert à l’ouest. Une interruption d’environ 4 m est aménagée au nord-est avec trois trous de poteau qui marquent l’emplacement d’une porte. Au centre de l’emprise une concentration de trous de poteaux marque l’emplacement de bâtiments liés à l’habitat et aux activités domestiques. En effet, deux bâtiments ont été identifiés comme étant des constructions sur module porteur central et parois rejetées. La mise en œuvre de ces constructions est à rattacher au type IV.1a selon la nomenclature de P. Maguer et G. Robert. Quelques exemples ont été répertoriés dans la région Centre-Val de Loire. Toutefois, ce type d’architecture est très bien documenté dans le Nord et l’Ouest de la France. Il faut ajouter à cela onze bâtiments à quatre poteaux porteurs, disséminés sur l’ensemble de l’emprise. À l’ouest, au niveau du substrat calcaire, une dizaine de silos sont excavés, avec des profils et des tailles assez variables. Dans le même secteur, deux puits sont implantés à proximité de la berme sud.
L’une des particularités du site réside dans la découverte de trois inhumations dans le comblement de l’un des silos. La dépose des trois inhumations a été faite simultanément, alors que le fond du silo est déjà comblé. La sépulture peut être qualifiée de multiple. L’étude a permis d’identifier un immature, un individu de sexe masculin et un individu de sexe féminin. Il faut ajouter à cela la dépose d’un canidé et des restes d’équidés. L’étude a permis de constater que l’espace a été colmaté après la dépose des cadavres. Les individus ont été déposés à plat sur le comblement inférieur du silo. Le comblement de la structure intervient au cours de la fin du second âge du Fer (étude céramique en cours). Ce cas de réutilisation d’un aménagement propre à un habitat est assez rare mais bien documenté.
La fouille a révélé trois puits et deux citernes. La présence de ces puits peu profond confirme la captation de sources temporaire. En effet, l’épaisseur du perron calcaire ne laisse que peu de chance à la recherche d’une source pérenne dans le sous-sol. La présence de deux citernes à l’est de l’emprise permet de supposer une volonté de stockage des eaux de pluie.
Quatre structures de combustion à pierres chauffées ont été découverte dans un état de conservation aléatoire. Elles sont composées principalement de silex de petit module provenant du substrat local. Les éléments en lithique ne présentent que peu voire pas du tout de trace de rubéfaction ; les pierres brûlées sont de couleur rouge orangé avec des traces de thermo fractures. Peu d’éléments thermofractés ont été découvert à l’intérieur des structures.
Enfin, dans l’angle sud-ouest, une nécropole à crémation a été découverte. Une vingtaine de structures (ossuaires, rejets de bûcher) a été mise au jour immédiatement sous la couche de terre arable. La nécropole est composée de huit vases ossuaires et de douze probable sépultures en fosses provenant des restes de bûchers de crémation. Le sol n’a pas permis la conservation des restes osseux, probablement dû à un recouvrement peu épais et à la forte activités racinaires. Seuls deux vases ont livré quelques restes osseux.
La carrière à ciel ouvert découverte au nord-ouest de l’emprise couvre une surface de 700 m2, elle se prolonge en direction du nord hors de l’emprise de fouille. Le plan de l’excavation est irrégulier et incomplet. L’exploitation du calcaire semble avoir été le but de cette excavation.


Revue de presse :


Commune : Artannes-sur-Indre

Adresse/lieu-dit : ZAC du Grand Clos

Département/Canton : Indre-et-Loire

Année de fouille : 2018

Période principale d'occupation : Age du Fer

Responsable d'opération : SASSI Mohammed

Aménageur : CM-CIC Aménagement Foncier

Raison de l'intervention : Construction d'un lotissement

Type de chantier : Sédimentaire (Fouille préventive)