Notice_site

Francescas - Le Castet de la Hire


Francescas est située à la limite sud du Lot-et-Garonne, proche du département du Gers et de la ville d’Agen. Elle fut édifiée dans un vallonnement ouvert, à flanc de colline. La mise au jour de mobilier et d’aménagements anciens atteste d’une présence humaine depuis l’antiquité dans la cité. Toutefois, elle conserve surtout de nombreuses traces du Second Moyen Âge dans son tissu urbain : des noms de rues hérités de l’occitan, des rues étroites, cernées par une ceinture ellipsoïdale, suivant le rempart et des maisons en pierres et pans de bois, dont le Castet de la Hire, situé au nord-ouest de la cité. Les premières mentions de Francescas datent du XIe siècle. À partir de 1264, la ville devient centre de bailliage puis est transformée en bastide en 1285. En 1318, elle est annexée à la couronne d’Angleterre. Elle a subi plusieurs sièges au cours de la guerre de Cent Ans puis des guerres de religion.

L’opération archéologique s’est déroulée en trois temps : un levé photogrammétrique par drone des quatre faces du bâtiment, puis une étude en archives, enfin une étude de bâti. Ce sont 927 m² d’élévations qui ont été observés. Le Castet est constitué de deux corps de bâtiments rectangulaires, formant un édifice est-ouest d’environ 18 m de long par 9,5 m de haut. Chaque corps comporte trois niveaux, dont le dernier est en pans de bois sur la façade sud. À l’exception de ce niveau, les élévations sont en moellons équarris, ou en pierres taillées pour les aménagements, à deux parements et blocage. Le Castet a connu de nombreux réaménagements entre les périodes médiévales et modernes, comme les adjonctions de constructions, au nord et sud, au XIXe siècle. Le corps ouest du Castet a été inscrit aux Monuments historiques en 1996. La prescription faite pour permettre les observations archéologiques n’a pu être arrêtée qu’après une première phase de consolidation en 2014, qui a impacté le dernier niveau, ainsi que plusieurs autres zones. Malgré cela, une partie du troisième niveau a pu être observé, et dans le corps ouest, il conserve entre autres certains aménagements généralement associés à une salle d’apparat (cheminée, baie géminée…). Concernant la destination des pièces, le corps de bâtiment est a été trop remanié pour être vraiment lisible, et le corps ouest semble avoir conservé partiellement ses vocations d’origine : un espace de stockage au rez-de-cour, une salle de garde au premier et une habitation, ou salle d’apparat, au second. Bien qu’il n’y ait plus d’éléments défensifs subsistant dans cette construction, il s’agirait des vestiges d’une maison noble.

En résumé, l’édifice connait six états successifs : le premier (XIIIe s.) est constitué des vestiges du rempart d’origine. Le second (fin XIIIe-XIVe s.), s’appuyant sur les vestiges, se compose d’un bâtiment maçonné sur trois niveaux, dont le dernier, au sud, est à pan de bois. L’état 3 (XVe-XVIe s.) correspond à la réédification d’une partie du bâtiment est. L’état 4 (XVIIe-XVIIIe s.) voit le remaniement du corps est, avec l’installation d’ouvertures (portes et fenêtres). L’état 5 (XIXe-XXe s.) est identifié comme le réaménagement de l’espace, avec la création de nouvelles portes, l’adjonction de bâtiments (d’habitation ou de stockage) au nord et au sud. Enfin, l’état 6 (XXIe s.) correspond à la démolition des bâtiments attenants, au nord et au sud, et des travaux de réfection de maçonneries de 2014.


Commune : Francescas

Adresse/lieu-dit : Le Castet de la Hire

Département/Canton : Lot-et-Garonne

Année de fouille : 2019

Période principale d'occupation : Moyen Âge

Autres périodes représentées : Période moderne

Responsable d'opération : JOLLY Virginie

Aménageur : Architectes BDF

Raison de l'intervention : Restauration du Castet de la Hire

Type de chantier : Etude du bâti (Fouille préventive)