Notice_site

Avoine - Le Logis


Le bâtiment principal de la ferme du château d’Avoine de l'époque moderne

Analyse architecturale du gouttereau nord-ouest et du mur de refend

En Normandie, dans le département de l’Orne, la petite commune d’Avoine possède un patrimoine architectural riche d’un château de l’époque moderne. La résidence entourée de plaines agricoles se situe à 1,60 km au nord du bourg. Édifiée sur la frange orientale du massif armoricain, la construction a bénéficié de roches extraites localement. Le corps de logis, originellement en forme de U, est partiellement conservé et ceint de douves en eau. Au sien du parc clôturé, on retrouve des bâtiments à vocation économique tels que le colombier au sud-ouest et une ferme au nord-est. L’ensemble architectural daterait de la transition XVIe - XVIIe siècle, mais aucune véritable étude historique et/ou architecturale solide n’a été entreprise pour esquisser le phasage des bâtiments conservés. La construction du logis est attribuée à Jacques I Gabriel qui, depuis son père François Gabriel, appartient à une grande lignée d’architectes de la région d’Argentan et qui, au cours de l’époque moderne, rayonnera dans de nombreuses villes françaises.  

Même si l’ensemble du château mériterait une étude globale, la présente analyse du bâti se concentre sur l’aile sud-est de la ferme et plus particulièrement, sur son gouttereau nord-ouest. Le bâtiment agricole mesure 55 m de long sur 8,20 m de large hors-œuvre avec une hauteur au pignon de 10,30 m et de 5 m au niveau du gouttereau. L’étude architecturale a été commandée au préalable d’un projet de restauration, qui vise à transformer l’aile sud en habitation. Il a été demandé que l’étude se porte seulement sur la face extérieure du gouttereau nord-ouest qui concentre la majeure partie des éléments architectoniques tout en intégrant l’organisation interne de l’édifice et plus particulièrement la face nord-ouest du refend séparant l’espace 1 de l’espace 2 (charreterie).  

À partir de l’analyse des éléments architecturaux, nous avons pu établir au moins trois grandes phases chronologiques allant du XVIIe au XXe siècle. Pour la période primitive, l'extrémité nord-ouest est difficilement restituable et il faut finalement se projeter au XVIIIe siècle pour identifier les principales caractéristiques architecturales du bâtiment. Ce dernier se composait, pour cette période, de trois ensembles architectoniquement cohérents : au sud-est, une succession de portes rectangulaires avec au-dessus des grandes fenêtres surmontées de lucarnes à fronton ; au centre, trois arcades avec clés saillantes en diamant délimitaient une charreterie ; et enfin au nord-ouest des grandes portes directement surmontées de baies avec lucarnes. L’ensemble des hypothèses chrono-structurelles proposées durant cette étude méritent d’être vérifiées lors d’éventuels travaux de piquetage des maçonneries, avec en plus la possibilité d’établir une chronologie absolue des principales phases de construction en effectuant des datations dendrochronologiques. 


Commune : Avoine

Adresse/lieu-dit : Le Logis

Département/Canton : Orne

Année de fouille : 2020

Période principale d'occupation : Période moderne,Epoque contemporaine

Responsable d'opération : VINCENT Jean-Baptiste

Aménageur : Particulier

Raison de l'intervention : Étude archéologique préalable du bâti

Type de chantier : Etude du bâti (Prestation)