Boigny-2021

Riche passé et mur tombé à Boigny-sur-Bionne

Riche passé et mur tombé à Boigny-sur-Bionne

Boigny-sur-Bionne (Loiret) – ZAC de la Clairière, Tranche 2

En 2019, une première fouille archéologique avait levé le voile sur un important domaine rural d’époque romaine au nord de Boigny-sur-Bionne (45), en explorant la résidence des maîtres des lieux. En 2021, ce sont les structures d’exploitation qui ont émergé du sol, sous la forme de bâtiments disposés au sein d’un vaste enclos. Mais ces vestiges romains s’installent sur un substrat déjà occupé depuis près de six siècles, en particulier avec une ferme gauloise manifestant la présence ancienne d’une puissante élite locale.

Quelques chiffres clés

Semaines de fouilles
Structures fouillées
iconSacs d'objets
mètres carrés explorés
Archéologues sur le terrain
Spécialistes pour les analyses

Les raisons de l’intervention

La fouille archéologique menée en 2021 s’inscrit dans la continuité d’une opération engagée en 2019, dans le cadre de la future ZAC de la Clairière. Piloté par Nexity, cet aménagement est destiné à la construction de logements. Les deux campagnes successives ont porté sur une surface totale de 2,7 hectares (dont plus de 2,3 ha ont été décapés).
D’après le diagnostic archéologique préalable à la fouille, ce secteur de la commune de Boigny-sur-Bionne était occupé de la fin de la période gauloise au Moyen Âge. Si la fouille de 2019 a révélé la partie résidentielle d’une vaste villa gallo-romaine, il restait à identifier la partie agricole de cette exploitation rurale.

Les principaux résultats

En 2021, l’équipe dirigée par Jérôme Besson s’est concentrée sur un secteur localisé à l’est de la rue du Vieux-Bourg, au nord de l’église actuelle. La fouille a livré une quantité importante de vestiges datés du Premier âge du Fer à l’Époque moderne.

Les bâtiments agricoles de la villa gallo-romaine

Sujet principal du dossier, l’occupation antique a fait l’objet d’une étude particulière. Les vestiges correspondent à l’extension de la villa en direction de l’est. Ils se composent de plusieurs bâtiments disposés au sein d’un grand enclos délimité par un mur.

500 m2 d’étable et de stockage

La plus vaste des constructions est un bâtiment technique qui couvrait une surface de 500 m². Cet édifice avait probablement un usage mixte, comme étable et pour le stockage. Il est doté de deux pièces excavées, dont une cave. Il jouxte une dépression naturelle aménagée à l’aide de blocs de calcaire et de fragments de tuiles, correspondant vraisemblablement à une zone de stockage de fumier (fumière).

Plan général du site archéologique
Plan général du site archéologique. Fond © Google Earth
Cave et empreinte de son escalier d’accès
Cave et empreinte de son escalier d’accès

Chute de mur

Fait remarquable, un pan de mur, long de 9 mètres, a été retrouvé couché d’un seul tenant sur le sol côté fumière. Cette découverte, particulièrement rare dans le monde rural, permet de restituer une hauteur minimale de 4 m pour la façade orientale du bâtiment.

Cour et dépendances

Trois autres constructions complétaient cette partie agricole de l’établissement. Par comparaison avec d’autres villae déjà fouillées en France, il faut probablement imaginer plusieurs bâtiments supplémentaires au sud et à l’est, encadrant une vaste cour faisant face au bâtiment résidentiel.
Cette ferme gallo-romaine a également livré trois puits et trois fours à chaux, peut-être liés aux chantiers de construction. En quantité beaucoup plus abondante qu’en 2019, les objets récoltés révèlent une occupation longue, entre le Ier et Ve siècle après J.-C.

Vue aérienne du mur effondré
Vue aérienne du mur effondré
Le mur effondré en cours d’étude
Le mur effondré en cours d’étude
Deux des trois fours à chaux
Deux des trois fours à chaux
Parmi un abondant mobilier, des fragments de céramique
Parmi un abondant mobilier, des fragments de céramique
Une clochette en fer
Une clochette en fer
Dépôt de quelques monnaies
Dépôt de quelques monnaies
Une épingle en os ornée d’une tête stylisée
Une épingle en os ornée d’une tête stylisée

Avant la villa

Ce secteur était déjà fréquenté avant la construction de la villa antique. En témoignent plusieurs fosses ayant livré des tessons de poterie du Premier âge du Fer (entre 600 et 450 avant J.-C.). Outre ces objets qui suggèrent la proximité d’un habitat rural, nos archéologues y ont recueilli des fragments de bracelets en lignite (bois fossilisé) et une fusaïole (disque percé lié au filage).

Une vaste ferme gauloise

Plus tard, aux alentours de 100 av. J.-C., la même zone accueille une ferme gauloise délimitée par un puissant fossé. Si les vestiges de cette époque ne sont pas nombreux, la fouille a permis l’identification d’une probable habitation construite sur de gros poteaux en bois. La disposition de ces derniers évoque un bâtiment doté de deux porches d’entrées, et couvrant une surface d’environ 170 m². La continuité entre des établissements ruraux gaulois et gallo-romains est chose courante ; dans le cas du site de Boigny-sur-Bionne, elle témoigne de l’ancrage sur le temps long d’une puissante élite locale.

Habitats et sépultures au Moyen Âge

Après l’abandon de la villa, des populations installent leurs habitats durant le haut Moyen Âge (VIIe-Xe siècles après J.-C.). Il s’agit de constructions modestes sur de petits poteaux de bois. Quelques foyers domestiques et silos à grains complètent les vestiges de ces établissements. Dans la continuité des découvertes de 2019, 25 sépultures de cette époque ont été retrouvées ; certaines d’entre elles ont été aménagées près des ruines de l’ancienne villa.
Au Moyen Âge et à l’Époque moderne, le site antique – ou ce qu’il en restait – a servi de carrière. Les moellons ont été récupérés, parfois jusqu’aux fondations, afin d’être réutilisés dans de nouvelles constructions.

Fosse du premier Âge du Fer
Fosse du premier Âge du Fer
Le grand bâtiment gaulois
Le grand bâtiment gaulois
Etude de sépultures médiévales
Etude de sépultures médiévales

Aménagement, rapport scientifique et actions vers le public

Dès que les investigations archéologiques se sont achevées, les terres ont été remises en place et l’ensemble des parcelles est aujourd’hui accessible pour la suite de l’aménagement. Le travail des archéologues n’est pour autant pas terminé, puisque les données et les objets collectés vont être minutieusement analysés par un cortège de spécialistes (céramologues, anthropologues, numismate, géomorphologue, etc.). Il s’agira de retranscrire au mieux l’histoire des populations anciennes qui vivaient à Boigny-sur-Bionne. À l’issue de ce travail, un copieux rapport scientifique sera remis aux services de l’État, et des restitutions pourront être proposées au public (conférences, évocations graphiques, maquettes, etc.).

Dès le 4 mars 2022, Jérôme Besson présentera ses premiers résultats à la communauté scientifique lors des Journées archéologiques de la région Centre-Val-de-Loire 2022

Opération d’archéologie préventive conduite en 2021 sur la commune de Boigny-sur-Bionne (Loiret), en préalableà la mise en place d’une ZAC et à la construction de logements.

Prescription et contrôle scientifique : Service régional de l’archéologie de Centre-Val-de-Loire

Maîtrise d’ouvrage : Nexity

Opérateur archéologique : Archeodunum (Responsable : Jérôme Besson)