Archives de catégorie : Néolithique

Plouharnel-fouille du Plasker

Plouharnel, le Plasker : fenêtre ouverte sur le Néolithique

Plouharnel, le Plasker : Fenêtre ouverte sur le Néolithique

C’est en automne 2020 qu’une équipe d’Archeodunum a procédé à une fouille archéologique sur la commune de Plouharnel (Morbihan). Cette opération, prescrite par le Service Régional de l’Archéologie de Bretagne, était motivée par l’extension du parc d’activités du « Plasker » commandée par la communauté de communes d’Auray Quiberon Terre-Atlantique. Conformément aux attentes, divers vestiges vieux de plusieurs millénaires ont été découverts : cairn, menhirs et foyers.

Au cœur du Morbihan néolithique

Le site est localisé à l’entrée nord de la commune de Plouharnel, sur le littoral sud du Morbihan. Le contexte archéologique est riche, avec de nombreux sites mégalithiques datés du Néolithique, dont les célèbres alignements de Carnac situés à 3 km au sud-est.
L’opération s’est déroulée entre octobre et décembre 2020, sur une surface de 7 100 m². L’équipe, sous la direction d’Audrey Blanchard, a exploré des vestiges de plusieurs natures. Tous appartiennent au Néolithique (du 6e au 3e millénaire av. J.-C.), sans qu’on puisse pour l’instant connaître leur répartition durant cette longue période.

La fouille et son environnement.
La fouille et son environnement.
Plan général des vestiges sur vue aérienne (fond © Google Earth)
Plan général des vestiges sur vue aérienne (fond © Google Earth)

Une tombe monumentale

La fouille a tout d’abord révélé un site à vocation funéraire (au sud-ouest), conservé sur à peine 15 cm d’épaisseur. Il s’agit d’un cairn (masse de pierres couvrant une sépulture) de forme subcirculaire et de 5 mètres de diamètre. Cette architecture de pierre était délimitée par des blocs verticaux fichés dans un petit fossé périphérique. Au centre, un coffre funéraire quadrangulaire était aménagé pour recueillir le ou les défunts. Hélas, comme il est très arasé, aucun vestige mobilier ou osseux n’a été retrouvé ! L’ensemble était recouvert de petits moellons de granite. Tout autour, des pierres (dressées ou couchées), des empierrements et de possibles calages de menhirs devaient contribuer à renforcer son aspect monumental

Le cairn : forme générale et négatif du coffre central.
Le cairn : forme générale et négatif du coffre central.
Fouille du cairn.
Fouille du cairn.

Vingt-huit foyers à pierres chauffées bien conservés

Audrey et son équipe ont découvert pas moins de vingt-huit structures de combustion. Ces foyers sont installés dans des fosses creusées dans le sol. Ils sont tapissés d’une couche charbonneuse et remplis de nombreuses pierres rougies par la chaleur. Leur fonction demeure pour l’heure énigmatique : cuire des aliments pour des repas collectifs ? ou fournir de l’éclairage ? Nos archéologues comptent sur des analyses pour obtenir des éléments de réponse.
Ces foyers s’organisent en différents ensembles (dont deux batteries de quatre) et se répartissent sur toute la moitié orientale de la zone de fouille. Bien que situés loin des habitations, ces aménagements sont fréquents sur les sites de cette époque, notamment en association avec des mégalithes.

Une ligne de menhirs ?

Dernier élément remarquable, trois grandes fosses s’organisent selon un alignement nord/sud. De forme circulaire, d’un diamètre d’environ 2 mètres, ces fosses sont remplies de blocs pouvant dépasser les 40 kg. On pense que ces structures ont pu accueillir de grandes stèles (menhirs), aujourd’hui disparues.
Les pierres dressées devaient être de dimensions importantes. Elles ont probablement été réutilisées pour la construction de monuments mégalithiques (dolmens notamment). Ce phénomène est fréquent et ces réemplois sont constatés dès le Néolithique, ainsi que l’illustre par exemple le site de La Table des Marchands à Locmariaquer.

Fouille des foyers(cliché J.-N. Guyodo).
Fouille des foyers (cliché J.-N. Guyodo).
Batterie de foyers.
Batterie de foyers.
Fosse contenant les pierres de calage d’un menhir.
Fosse contenant les pierres de calage d’un menhir.

Et après ?

La Communauté de communes a désormais récupéré son terrain et poursuit son aménagement. Côté archéologie, nos experts vont étudier l’ensemble des données recueillies (photos, dessins, objets, etc.). Des analyses par le radiocarbone permettront d’affiner la datation de tous ces aménagements. Tous les résultats seront rassemblés dans un rapport de fouille abondamment documenté, qui permettra de mieux comprendre la longue histoire de Plouharnel et de sa région.

Opération d’archéologie préventive conduite en automne 2020 sur la commune de Plouharnel (Morbihan), en préalable à l’extension du parc d’activités du Plasker

Prescription et contrôle scientifique : Service régional de l’archéologie de Bretagne.

Maîtrise d’ouvrage : Communauté de communes Auray Quiberon Terre-Atlantique

Opérateur archéologique : Archeodunum (Responsable : Audrey Blanchard)

Fig. 8 : Prélèvement en cours des galets

Jours de fête il a 2800 ans à Corbas (Rhône)

Jours de fête il y a 2800 ans ?

Premiers résultats des fouilles archéologiques à Corbas, Les Grandes Verchères

C’est au nord de Corbas que cinq archéologues d’Archeodunum ont réalisé une fouille en  préalable à un projet immobilier. L’équipe est intervenue en juin et juillet 2020, sur 2 500 m². La découverte principale est un ensemble de six imposants foyers, ultimes vestiges d’un ou de plusieurs repas collectifs, qui se sont tenus il y a environ 2 800 ans.

Un projet de construction à l’origine de la fouille archéologique

La fouille s’est inscrite dans la cadre du projet de construction O’VOL, porté par la société Alila. L’instruction du dossier a déclenché un diagnostic archéologique sur 5 500 m². À la suite de résultats positifs, le Service régional de l’archéologie a prescrit la fouille de 2 500 m² (fig. 1)

Ce qui était attendu : des vestiges de l’âge du Bronze

Des vestiges de la fin de l’âge du Bronze et du début de l’âge du Fer (vers 800 av. J.-C) étaient déjà connus dans le secteur. Le diagnostic préalable a confirmé cette présence, avec de nombreux fragments de poteries et, surtout, deux grands foyers rectangulaires. Si aucune trace d’habitations n’a été détectée aux alentours, cela restait un point à examiner.

Fig. 1 : Alors que le décapage est toujours en cours, la fouille des foyers débute.
Fig. 1 : Alors que le décapage est toujours en cours, la fouille des foyers débute.
Fig. 2 : Les six foyers
Fig. 2 : Les six foyers

Des foyers alignés, au milieu de nulle part ?

La fouille a duré quatre semaines. L’équipe, dirigée par Clément Moreau, a découvert quatre grands foyers supplémentaires, pour un total de six foyers (fig. 2-3). Fait remarquable, ces six structures sont situées sur une même ligne, orientée nord-sud. En revanche, peu d’indices du contexte dans lequel ils s’insèrent : de nombreux fragments de céramique, mais pas de bâtiment attesté.
De telles batteries de foyers de ce type ne sont pas rares à la fin de l’âge du Bronze, ou à des époques plus anciennes. Il arrive souvent qu’elles soient situées à l’écart de tout aménagement domestique, dans des confins.

Fig. 3 : Fouille en cours de l'alignement de foyers
Fig. 3 : Fouille en cours de l'alignement de foyers
Fig. 4 : Dégagement des galets d’un foyer.
Fig. 4 : Dégagement des galets d’un foyer.

Un peu de Polynésie à Corbas

Un autre élément frappant est la construction standardisée des foyers. Fosses de 2 m x 1,20 m, restes de bûches carbonisées sur le fond, surmontées d’une couche de galets ayant chauffé (fig. 3 et 4, 5). Au total, c’est près de 1,5 tonne de galets qui était conservée dans les six fosses.
Ce type de foyer est bien connu en archéologie. On le qualifie de « four polynésien », en référence à un dispositif de cuisson encore très fréquent en Polynésie, où il est nommé « ahi ma’a ». Le principe est une cuisson à l’étouffée. Le feu en fond de fosse chauffe les pierres qui deviennent brûlantes. On y dépose alors la nourriture, que l’on recouvre de branchages et de terre, et qu’on laisse cuire pendant plusieurs heures.

Fig. 5 : La fosse d’un foyer, avec les bords rougis par le feu et la couche charbonneuse qui apparaît sous les galets
Fig. 5 : La fosse d’un foyer, avec les bords rougis par le feu et la couche charbonneuse qui apparaît sous les galets
Fig. 6 : Sous les galets, les bûches et les charbons.
Fig. 6 : Sous les galets, les bûches et les charbons.

Quelle occasion, quels convives, quel menu ?

Un seul des foyers de Corbas suffit à nourrir un groupe nombreux. Comme on les a vraisemblablement allumés de concert, il est donc séduisant d’imaginer que les six fours aient servi dans des circonstances exceptionnelles (rassemblement, cérémonie, fête, mariage, etc.), qui resteront hélas dans l’ombre.
Qu’y a-t-on mangé ? Isolée à 15 mètres au sud, une jeune vache a été enterrée entière (fig. 7). Outre le fait que l’absence de découpe ne soit guère compatible avec le fonctionnement des foyers, on ne peut pour l’instant pas dire si l’animal en est contemporain. En revanche, par des analyses chimiques des résidus sur les pierres issues des foyers, on tentera d’identifier les restes des aliments réellement consommés.

La suite des évènements

Sur place, le terrain est désormais disponible pour la suite des aménagements. En souvenir des festins de l’âge du Bronze, un barbecue collectif y sera-t-il aménagé ?
Côté archéologie, les investigations se poursuivent en laboratoire. Les spécialistes d’Archeodunum exploitent les informations recueillies sur le terrain (Fig. 8). Pendant plusieurs mois, une quinzaine de personnes vont se relayer pour décrire et analyser au mieux les vestiges. Hormis les analyses chimiques déjà évoquées, on s’intéressera aux bois brûlés, à la fois pour les dater et pour connaître l’environnement boisé du site. Tous les résultats seront synthétisés dans un rapport final abondamment documenté et argumenté.

Fig. 7 : Jeune vache enterrée plus au sud (ne manque que le haut du crâne).
Fig. 7 : Jeune vache enterrée plus au sud (ne manque que le haut du crâne).
Fig. 8 : Prélèvement en cours des galets
Fig. 8 : Prélèvement en cours des galets

Opération d’archéologie préventive conduite en juin et juillet 2020 sur la commune de Corbas, en préalable à la construction de logements

Prescription et contrôle scientifique : Service Régional de l’Archéologie d’Auvergne-Rhône-Alpes

Maîtrise d’ouvrage : Alila

Opérateur archéologique : Archeodunum (Responsable : Clément Moreau)

Portes ouvertes à Segonzac (Charente)

Vue d’ensemble de la zone en cours de fouille. © 3DR View pour Archeodunum
Vue d’ensemble de la zone en cours de fouille. © 3DR View pour Archeodunum
Fouille en cours
Fouille en cours
Fouille d’un trou de poteau.
Fouille d’un trou de poteau.
Vase de stockage en place au fond d’une fosse.
Vase de stockage en place au fond d’une fosse.

Venez rencontrer une équipe de fouille en cours de découverte d’un village du Néolithique et de l’âge du Bronze

Les visites guidées auront lieu le mercredi 22 janvier 2020 de 14h à 17h.

Rendez-vous au lieu-dit “les Marcioux” à la sortie nord-ouest de Segonzac (16), au sud de la D24 (Localisation)

Entrée libre, visites commentées par les archéologues de l’équipe de fouille

Prévoir de bonnes chaussures et une tenue adaptée à la météorologie 😉

Segonzac « Les Marcioux » (16)

Un village du 2e millénaire avant J.-C.

Une opération d’archéologie préventive conduite par Archeodunum s’est déroulée entre novembre 2019 et janvier 2020 sur la commune de Segonzac (Charente), au lieu-dit « Les Marcioux ». Prescrite par le Service Régional de l’Archéologie de Nouvelle Aquitaine, cette fouille de 30 000 m2 visait à étudier des vestiges du Néolithique et de l’âge du Bronze, en préalable à l’installation du lotissement « Nouveau Quartier », réalisé par la commune.

Près de 1000 vestiges de l’âge du Bronze

Le décapage mécanique a permis d’ôter 0,30 à 0,70 m de terre végétale. Environ 1000 structures sont apparues. Elles se distinguent sur le calcaire blanc par un comblement sombre. Pour l’essentiel, elles correspondent à des fosses d’ancrage de poteau, initialement destinées à recevoir des pieux de bois. Plusieurs alignements de ces trous de poteau permettent de restituer différents plans de bâtiments, tous à ossature de bois.

Le mobilier recueilli (poterie et silex) renvoie à deux grandes phases d’occupation : un habitat de l’âge du Bronze ancien au sud-est de l’emprise, et un habitat de l’âge du Bronze final au nord-ouest. Après la période du Néolithique, qui a vu la sédentarisation des sociétés humaines et le développement de l’agriculture, l’âge du Bronze correspond à la découverte et à la maîtrise des alliages à base de cuivre. Il est suivi par l’âge du Fer.

Un habitat ouvert de l’âge du Bronze ancien (2200-1600 avant J.-C.)

Plusieurs plans de bâtiments peuvent être attribués à l’âge du Bronze ancien. Deux édifices à 4 poteaux ont été identifiés à l’est de l’emprise. Leur forme carrée et leurs dimensions modestes incitent à y voir des greniers surélevés. La fonction des deux bâtiments rectangulaires à une nef, constitués de 6 ou 8 poteaux, est plus difficile à cerner : habitation, stockage, lieu d’activité agricole, artisanale ? Au sud-est, un édifice quadrangulaire à 2 nefs, de 6 x 5,40 m, pourrait être une habitation. Cet habitat de l’âge du Bronze ancien semble donc ouvert et structuré, avec des zones liées aux activités (sans doute agropastorales) et des zones domestiques.

Des aménagements de l’âge du Bronze final (1400-800 avant J.-C.)

Au nord de l’emprise, plusieurs aménagements marquent l’emplacement d’un habitat de l’âge du Bronze final. Il s’agit notamment d’une palissade sur poteau, orientée est/ouest, et de plusieurs fosses ayant servi de dépotoir. Ces dernières contenaient de grandes quantités de poterie, dont certaines ornées de décors typiques de la fin de l’âge du Bronze.

Dans le même secteur, un bâtiment à 4 poteaux peut être interprété comme un grenier, mais aucun élément ne permet à ce stade de le dater. Il en va de même d’un long fossé curviligne tout proche. Conservé sur seulement 0,05 à 0,15 m d’épaisseur, ce fossé n’a livré que de rares fragments de poterie peu caractéristiques. Sa position, son orientation et sa courbure nous incitent néanmoins à l’associer aux structures précédemment évoquées.

Après la fouille …

Au terme de l’intervention de terrain, les investigations se poursuivront. Un important travail d’étude sera réalisé par les archéologues et les spécialistes de manière à obtenir le maximum d’information. Des datations par le radiocarbone permettront d’affiner la chronologie des différents contextes. Un rapport sera finalement rédigé pour synthétiser l’ensemble des résultats de cette opération.

Audrey Blanchard

Téléchargez la plaquette de présentation du site

Une maison néolithique et des vestiges gallo-romains à Ars-en-Saintonge (Charente)

Photo du site par drone. Au second plan, le château de la Maison Ferrand (© 3DRView / Archeodunum)
Bâtiment « naviforme » néolithique, vue par drone depuis le sud (© 3DRView / Archeodunum)
Bâtiment carré de l’angle sud-est de l’enclos principal, vue par drone depuis le sud (© 3DRView / Archeodunum)
Bâtiment rectangulaire sur tranchées plantées de poteaux, vue par drone depuis le sud (© 3DRView / Archeodunum)

La fouille de Ars, en Charente, près de Cognac, a été conduite à la fin de l’année 2016 par Alexandre Lemaire. Préalable à la construction d’un chai par la maison Ferrand, productrice de spiritueux, elle a permis d’ouvrir une fenêtre de 7000 m². Après la phase nécessaire d’étude, nous sommes heureux de pouvoir présenter les premiers résultats de cette fouille fructueuse, qui a notamment mis au jour une maison néolithique et un enclos rural du début du Haut-Empire (Ier s. p.C.), présentant deux états successifs associé à deux bâtiments.

La maison néolithique se situe au centre de l’emprise de fouille. Il s’agit d’un bâtiment « naviforme » de 13,90 m de longueur et 5,80 m de largeur maximale. Ce type d’édifice « naviforme » fondé sur poteaux et tranchées n’est pas sans évoquer les bâtiments « en amande » ou « piriformes » du Néolithique final et du Bronze ancien mis au jour ces dernières années en Bretagne et dans le Calvados . La datation radiocarbone d’un charbon prélevé dans l’un des deux poteaux de l’entrée du bâtiment tend à valider l’attribution au Néolithique final. Enfin, le matériel lithique collecté sur le site, majoritairement en position résiduelle au sein des structures plus récentes, présente une homogénéité forte et correspond à une industrie lithique de la fin du Néolithique Centre-Ouest (néolithique récent peu richardien ou néolithique final artenacien) qui détermine un contexte favorable à l’attribution chronologique de notre bâtiment.

L’occupation du Haut-Empire se signale par un enclos fossoyé quadrangulaire, presque carré, dont le fossé occidental se poursuit en direction du nord, au-delà de la limite d’emprise. La partie enclose s’inscrit dans un espace de 60 à 70 mètres de côté, fossés compris, délimitant une surface totale de 4043 m² et une surface utile d’environ 3685 m². Les tessons collectés au sein des fossés orientent une datation centrée sur la première moitié du Ier s. p.C.. Une partition interne, matérialisée par un tronçon de fossé d’à peine 10 m de longueur, orienté nord-sud et déconnecté des fossés de ceinture, marque une limite dans l’axe médian de l’enclos.

Dans l’angle sud-est de l’enclos, un premier bâtiment correspond à un ensemble presque carré de 7,5 m par 7,65 m, délimité par des tranchées de fondation probablement destinées à accueillir des séries de poteaux. Aucun mobilier n’y a été mis au jour, à l’exception d’un anneau en fer de datation ubiquiste. Les façades orientale et occidentale du bâtiment paraissent interrompues et peuvent déterminer des points d’accès ou, plus probablement, correspondre à des sections de cloisons non porteuses, fondées plus légèrement, dans une architecture à double pans. Cinq structures en creux de petit module ont été relevées à l’intérieur du bâtiment. Le lien entre cet espace bâti et des vidanges de foyers observées à son aplomb, dans les fossés de ceinture, témoigne d’une activité culinaire liée à une consommation de coquillages et tend à inscrire le bâtiment carré dans une activité domestique.

Un second aménagement pouvant servir à enclore un espace se superpose ensuite partiellement au premier. Il s’agit d’un ensemble de structures fossoyées, essentiellement linéaires, localisé au niveau de la moitié orientale de l’enclos principal, reprenant l’axe de l’ancien fossé de partition comme limite occidentale. Identifiées comme une série de tranchées ou de sections peu profondes de fossés, ces structures paraissent dessiner un fossé discontinu délimitant un espace de forme peu ou prou trapézoïdale d’environ 1800 m². Un lot de céramiques permet une datation assez précise de l’ensemble dès le milieu du Ier s. p.C.. La mise en place du système fossoyé secondaire marque l’abandon du premier, sans que l’on puisse déterminer s’il s’agit d’une simple rétractation de l’espace originel ou d’un changement de fonction du site, par exemple au profit d’une activité agro-pastorale dénuée d’occupation domestique.

Enfin, un dernier ensemble bâti longe à la fois le fossé de partition du premier enclos et la limite occidentale du deuxième système fossoyé. Très mal conservé, il ne subsiste que par des fonds de tranchées de sablières associés à quelques ancrages de poteaux. En l’état, ce bâtiment reste non daté, mais sa bonne insertion dans les plans des deux enclos du Haut-Empire peut plaider pour leur association.

L’espace doublement enclos contenait encore deux fosses de bonnes dimensions qui se rapportent à la période gallo-romaine. L’une d’entre elles a livré de nombreux restes de malacofaune, quelques restes de céramique et amphores, ainsi qu’une petite herminette en fer assez bien conservée. Enfin, un puits, profond de 2,80 m, occupe également l’espace deux fois enclos ; son comblement terminal peut être situé dans la deuxième moitié du Ier s. p.C. et il est probable que ce puits ait alimenté en eau les deux occupations successives du Haut-Empire.

Le développement de petits établissements inscrits dans le giron agro-pastoral au début du Haut-Empire ainsi que leur abandon assez rapide, avant le Bas-empire, est un phénomène courant qui a par exemple été observé en Picardie, dans le Berry ou encore en Beauce. C’est le cas à Ars, où l’abandon ou la restructuration du premier enclos intervient dès le milieu du Ier s. p.C. et où l’occupation du site ne semble pas perdurer dans le IIème s. p.C.. Les données sur le secteur sont encore trop lacunaires pour permettre d’intégrer le site à un schéma de développement des campagnes susceptible, par exemple, de relier l’abandon de petites fermes à la mise en place de plus grands établissements. Mais avec cinq autres enclos fossoyés repérés en prospection aérienne, la mention d’une « villa », et la proximité de la voie qui reliait Saintes à Périgueux, le territoire de la commune offre de bonnes perspectives pour l’exploitation de ces problématiques.

Alexandre Lemaire (coll. Bruno Bioul)

Découvertes néolithiques et protohistoriques autour de Pontivy

Vue du fossé palissadé de Kernaud 1
Vue aérienne de l'épandage à Kernaud 2
Vue d'un des bâtiments néolithiques de Neulliac
Vue aérienne d'un des enclos de l'âge du Bronze de Neulliac

Entre le mois d’octobre 2016 et le mois de juillet 2017, pas moins de trois fouilles ont été réalisées aux abords de l’agglomération de Pontivy (Morbihan) : deux dans le cadre du contournement nord de la ville, et une actuellement en cours pour l’aménagement d’un futur parc d’activités. Ces fouilles réalisées par les équipes d’Audrey Blanchard et Mohamed Sassi ont permis de mettre au jour des occupations du Néolithique, de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer.

Sur la commune même de Pontivy, à Kernaud 1, la fouille d’une surface de 3800 m² en novembre 2016 a permis la mise au jour d’un réseau de fossés daté de la fin du second âge du Fer. Sous la responsabilité de Mohamed Sassi, les archéologues ont identifié la présence d’au moins un système d’enclos fossoyés avec une entrée et sans doute une partition interne de l’espace. En parallèle, au moins quatre bâtiments de petites surfaces (fondations comprises entre 5 et 9 m2) évoquent la présence de greniers et deux structures de combustion complètent cette occupation comprise entre le IIe et le début du Ier siècle av. J.-C d’après l’étude de la céramique. [Accès à la notice complète]

À proximité immédiate, mais sur le territoire de la commune de Cléguérec, le site de Kernaud 2 occupe une surface de 5600 m². Audrey Blanchard et son équipe ont alors repéré 70 structures et un épandage de mobilier datés de l’âge du Bronze final. Des aménagements de pierres ont également été distingués en limite d’emprise et pourraient correspondre aux restes d’un habitat. Un second décapage a permis de repérer une vingtaine de structures supplémentaires, aux abords et sous l’épandage, mais malheureusement le mobilier ne permet pas de les raccorder clairement à une occupation antérieure distincte. [Accès à la notice complète]

Enfin, à cinq kilomètres plus au nord-est, près de cinq hectares sont en cours de fouille avant l’implantation du Parc d’Activités de Saint-Caradec à Neulliac. Cette grande emprise décapée permet la découverte de multiples structures en creux, vestiges d’occupations du Néolithique et de l’âge du Bronze. Audrey Blanchard et Jimmy Ménager y dirigent la fouille de plusieurs bâtiments du Néolithique et d’enclos funéraires de l’âge du Bronze, entre autres témoignages de la Protohistoire. Ces vestiges présagent un apport d’informations importantes pour la connaissance de ces périodes en Bretagne, les bâtiments du Néolithique étant encore largement méconnus. [Accès à la notice complète]

Notons que ces dernières fouilles sont toujours en cours, mais les archéologues font déjà parler d’eux ! [Extrait de l’émission de France Inter : La Récréation du 22 mai 2017]

Du Néolithique à l’âge du Fer aux Mureaux

Vue du site au drone depuis l'ouest
Branche sud de l'enclos Second âge du Fer niveau
Enclos funéraire âge du Bronze avec au centre une sépulture secondaire à crémation
Petit bâtiment circulaire du Néolithique moyen
Grand bâtiment circulaire du Néolithique moyen

Etablissement rural du Second âge du Fer et habitat du Néolithique moyen aux Mureaux (Yvelines)

Aux Mureaux, préalablement aux travaux d’extension de la station d’épuration de la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise, une équipe d’archéologue de la société Archeodunum a réalisé une fouille archéologique préventive du 27 février au 5 mai 2017. Cette opération portait sur une surface de 15000 m² prescrite par le Service régional de l’archéologie (Drac Île-de-France) suite à un diagnostic mené par le Service Archéologique Départemental des Yvelines en 2015, ce dernier ayant notamment révélé la présence de structures et d’artefacts en rapport avec un probable établissement rural du Second âge du Fer. Le décapage extensif du site a permis de découvrir, outre ces vestiges, les traces d’une occupation du début du Néolithique moyen caractérisée par la présence exceptionnelle de deux bâtiments circulaires.

Le Néolithique

C’est dans la partie centrale de l’emprise, localisée sur la bordure de la plaine de Flins en surplomb de la rive gauche de la Seine, que s’installe l’habitat du début du Néolithique moyen (vers 4500 avant notre ère) matérialisé par les vestiges des deux bâtiments circulaires à proximité desquels se développent des fosses, plusieurs palissades ainsi qu’un four à pierres chauffées probablement contemporain. Le premier bâtiment, qui mesure 7 m de diamètre, est constitué sur son flanc ouest d’un demi-cercle formé de 16 petits trous de poteaux auquel répond en symétrie un trou de poteau de dimensions plus importantes, tandis que deux tranchées alignées recevant des poteaux scindent l’espace interne en deux aires inégales d’environ deux tiers et un tiers de la surface. Le second bâtiment est bien plus imposant puisqu’il atteint près de 15 m de diamètre : la construction fait ici intervenir d’une part une tranchée hémicirculaire recevant des poteaux qui délimite la partie ouest du bâtiment, et d’autre part un demi-cercle formé de 6 trous de poteaux qui ferment l’espace à l’est, tandis que deux tranchées alignées recevant des poteaux scindent l’espace interne suivant le même principe que pour le premier bâtiment. Moins d’une vingtaine de constructions de ce type sont connues en France, essentiellement dans le Bassin parisien. L’identification de deux habitations circulaires sur le site de la station d’épuration des Mureaux s’avère donc précieuse pour l’analyse de cette forme d’habitat du milieu du Vᵉ millénaire avant notre ère qui semble succéder aux grandes habitations de modèle danubien du Néolithique ancien.

S’ajoute à cet ensemble une série importante de fosses se développant dans la partie septentrionale de l’emprise, à proximité de la Seine, qui pourrait correspondre à une fréquentation des rives du fleuve durant le Néolithique final (entre 3500 et 2200 avant notre ère), datation à confirmer par carbone 14.

La Protohistoire

D’après le mobilier céramique recueilli dans plusieurs structures, la fréquentation du site semble se poursuivre durant l’âge du Bronze (entre 2200 et 800 avant notre ère), notamment au cours du Bronze final. C’est probablement à cette période que se situe l’édification d’un petit enclos funéraire ovoïde de 5,5 x 4,5 m de diamètre, localisé à l’extrémité méridionale de l’emprise, qui abritait en son centre une sépulture secondaire à crémation en pleine terre. Une datation carbone 14 sur les ossements brûlés recueillis permettra de caler avec plus de précision la période d’édification de ce monument funéraire isolé.

Les vestiges protohistoriques les plus significatifs datent du Second âge du Fer (entre 500 et 50 avant notre ère) et se développent sur l’ensemble de la partie méridionale du site. Les différents aménagements repérés (trous de poteaux, fosses, foyers, fossés) semblent se rattacher à un établissement rural fréquenté d’après le mobilier recueilli entre La Tène ancienne et le début de La Tène finale. Un grand enclos rectangulaire d’orientation nord-est/sud-ouest (partiellement hors emprise) est délimité par un fossé mesurant plus de 50 m de long d’est en ouest pour 45 m de long du nord au sud. Ce fossé est interrompu sur ses côtés nord et sud afin de ménager des entrées de 3,5 m de large, et il présente la particularité d’être resté ouvert au nord et au sud tandis que son segment oriental, plus modeste, semble avoir été palissadé. Plusieurs exemples de recoupements de structures fossoyés par le fossé de l’enclos pourraient témoigner de la création de ce dernier lors d’une restructuration de l’établissement rural, tandis que le mobilier recueilli dans son remplissage suggère qu’il a été comblé avant l’abandon définitif du site, probablement durant La Tène moyenne. L’espace interne de l’enclos est occupé par au moins six bâtiments sur poteaux qui appartiennent à au moins deux phases de construction successives d’après les recoupements observés. On distingue notamment deux grands bâtiments de plan quadrangulaire complexe occupant 30 et 64 m² de surface au sol, interprétés comme des unités domestiques, tandis que les autres bâtiments pourraient correspondre à des annexes agraires. Quatre autres bâtiments ont été mis au jour au nord de l’enclos, parmi lesquels deux greniers sur six poteaux ainsi qu’un grand bâtiment de plan quadrangulaire complexe. Ce dernier, qui a livré du mobilier céramique de La Tène finale (dont un fragment d’amphore), constitue à ce jour l’élément le plus tardif de l’occupation protohistorique du site.

Par la suite, seul un fossé isolé témoigne d’une fréquentation sporadique du site durant l’antiquité, avant qu’à l’époque moderne le terrain ne fasse l’objet d’une mise en culture avec le creusement de fosses de plantations et de fossés parcellaires.

Les découvertes effectuées sur le site de la station d’épuration des Mureaux permettent d’apporter nombre de données inédites concernant les occupations néolithiques et protohistoriques des rives de la Seine dans le département des Yvelines. Les études actuellement en cours permettront notamment de déterminer avec plus de précision les différentes périodes d’occupation du site et le phasage de l’établissement rural du Second âge du Fer.

Amaury Collet

De la Préhistoire à l’époque romaine au nord de l’Yonne

Cache de lames du Paléolithique supérieur
Grenier à quatre poteaux (La Tène finale ?) recoupé par un fossé gallo-romain
Four de potier gallo-romain
Four de tuilier gallo-romain
Bâtiment sur poteaux gallo-romain
Fond de puits gallo-romain avec cadre en bois de soutènement
Fouille d'un dépôt monétaire gallo-romain

Appoigny – Les Bries

L’opération d’archéologie préventive a porté sur une surface d’environ vingt-cinq hectares à l’emplacement du futur parc d’activités de la Communauté de l’Auxerrois, à quelques kilomètres au nord d’Auxerre à la jonction entre la RN6 et l’A6. Elle s’est déroulée sur deux périodes, en 2015 et en 2016, 11 mois de fouille au total, sur six secteurs de travail distincts.

Les vestiges mis au jour s’échelonnent chronologiquement de la Préhistoire à l’époque romaine, d’environ ‑100 000 ans au IVe siècle après J.-C. Ces millénaires de fréquentation et d’occupation ne sont pas véritablement étonnants puisque la vallée de l’Yonne constitue un axe majeur de circulation entre la vallée du Rhône et le bassin parisien, mais il est exceptionnel qu’ils soient aussi bien attestés archéologiquement.

Toutefois, toutes les périodes ne sont pas également représentées. Les occupations du Paléolithique moyen et supérieur et celles de l’Antiquité sont les plus remarquables, tandis que des phénomènes d’érosion/arasement ont dû détruire en grande partie les vestiges des autres périodes chronologiques.

La Préhistoire

  • Le Paléolithique moyen

Plusieurs concentrations lithiques moustériennes ont été mises au jour, toutes dans le secteur 3. Le débitage des pièces est particulièrement soigné, notamment avec un facettage systématique des talons des produits et sous-produits Levallois. La finesse et la régularité de la retouche des outils, des racloirs et des pointes moustériennes surtout, est également remarquable.

Cette série lithique, quoique géographiquement isolée, représente un jalon supplémentaire dans la reconnaissance de l’occupation moustérienne régionale, bien moins documentée dans cette partie sud de la vallée de l’Yonne que dans sa partie nord.

  • Paléolithique supérieur

Le Paléolithique supérieur est représenté, uniquement en secteur 5, par une concentration de plusieurs centaines d’outils en silex, essentiellement des lames. Si beaucoup d’entre elles ont été retrouvées réparties sur plusieurs mètres carrés, d’autres étaient encore concentrées, rassemblées sous la forme d’un fagot qui laisse croire qu’il pourrait s’agir d’une cache d’outils : les silex auraient été placés dans une petite fosse.

  • Le Néolithique

Une occupation néolithique est attestée mais, certainement en raison de phénomènes d’érosion, les vestiges en sont rares. Les quelques structures néolithiques mises au jour (fosses et trous de poteau) sont localisées dans les secteurs 2 (partie sud) et 3, tandis que les autres secteurs n’ont livré que des silex épars en faible quantité. Les premières observations du mobilier laissent penser qu’il pourrait y avoir une différence chronologique entre les vestiges des deux secteurs : Néolithique ancien (BVSG) en secteur 3 et Néolithique moyen en secteur 2.

La Protohistoire

  • L’âge du Bronze final

Les vestiges de l’âge du Bronze se répartissent en trois pôles principaux. L’un, situé dans la partie sud du secteur 2 et dans le secteur 3, pourrait être interprété comme une nécropole. On n’y trouve quelques vases écrasés en place qui semblent en position fonctionnelle. Cette disposition et la typologie des céramiques incitent à y voir les restes d’urnes cinéraires. Une deuxième concentration, dans la moitié sud du secteur 7, pourrait correspondre à l’emplacement d’un habitat. Il comprend essentiellement quelques fosses et, sur quelques mètres carrés, un paléosol riche en céramiques. La troisième, au nord du secteur 2, ne compte que deux fosses polylobées. Tous ces vestiges ont subi une érosion importante.

  • Le premier âge du Fer

Seules quelques fosses localisées dans la partie nord du secteur 2, ainsi que d’autres peut-être dans le secteur 5, peuvent être datées du premier âge du Fer.

  • La fin du deuxième âge du Fer : La Tène finale

Les vestiges de La Tène finale sont présents dans quatre secteurs. Le mobilier céramique du second âge du Fer découvert dans les secteurs 1 et 2 présente un faciès homogène de La Tène D2. Il provient de quelques fosses et de fossés situés à l’extrême nord du secteur 2, tandis qu’il a été découvert dans des fosses et surtout dans des puits, non cuvelés, dans le secteur 1.

Il est vraisemblable qu’un certain nombre de fosses et de trous de poteau très arasés des secteurs 4 et 5 doit être rattaché à cette période. Seul le plan de plusieurs greniers est lisible.

L’Antiquité

L’époque romaine est largement représentée dans tous les secteurs de fouille. L’occupation antique doit être mise en relation avec la voie d’Agrippa, dite voie de l’Océan, qui reliait Lyon à Boulogne-sur-Mer en passant dans la région par Chalon, Autun, Auxerre et Sens. Cette voie doit se situer immédiatement en bordure est de l’emprise des secteurs 4 et 5 puisque l’on considère que la route N6 est implantée ici sur le tracé de l’itinéraire antique. Par cette voie, le site n’était distant que de 5-6 km de la ville romaine d’Auxerre – Autessiodurum.

  • Augustéen-IIe siècle ap. J.-C.

Les lieux sont exploités de deux manières : agricole et artisanale.

Des vestiges d’occupations agro-pastorales se répartissent dans le secteur 1, au nord du secteur 2 et dans les secteurs 4, 5 et 7.

Il s’agit, dans les secteurs 1 et 2, de fossés, de quelques fosses et de deux puits, l’un possédant un cuvelage en pierre et l’autre non. En secteur 7, des séries de trous de poteau permettent de restituer un ou deux bâtiments, construits de terre et de bois, probablement liés au travail agricole. Tandis que deux fossés encadrent un chemin menant aux constructions, d’autres fossés laissent percevoir l’organisation des parcelles. De la même manière en secteurs 4 et 5, le terrain est divisé par un grand nombre de fossés et par deux chemins, dont seuls les fossés bordiers sont conservés. Ces chemins doivent rejoindre plus l’est la voie d’Agrippa.

Plusieurs ateliers de terre cuite antiques ont été mis au jour dans le secteur 4 : trois ateliers de potier et une tuilerie. Si les vestiges conservés des premiers se limitent souvent aux fours et à quelques fosses, nous disposons en revanche de l’ensemble des structures de production des tuiliers romains. La répartition de ces structures rend compte de l’organisation du travail. Ainsi deux bassins quadrangulaires servaient à la préparation de la pâte argileuse, un grand bâtiment construit sur poteaux, une halle, servait au séchage et au stockage des tuiles et des briques après moulage, enfin deux fours assuraient la cuisson des productions.

L’extraction d’argile, pour les potiers et/ou les tuiliers, peut être à l’origine de grandes fosses localisées entre les ateliers. Un autre four de potier très arasé et isolé au sud du secteur 2 se rattache également au début du premier siècle d’après les quelques céramiques présentes dans son comblement.

Dans le secteur 4, quelques bâtiments maçonnés ont été découverts à proximité de la tuilerie. Leur fonction et leur datation restent à déterminer. La plupart de leurs matériaux de construction ont fait l’objet de récupération dans l’Antiquité. L’un d’entre eux au moins serait postérieur à la tuilerie puisque de nombreuses tuiles réemployées (issues de la tuilerie ?) sont utilisées dans la maçonnerie.

  • Fin IIIe – IVe siècle ap. J.-C.

Un grand nombre de vestiges de l’Antiquité tardive correspondant à une occupation agro-pastorale ont été mis au jour. Ils se répartissent très inégalement selon les secteurs.

Seules deux fosses contiguës, dont une grande fosse d’extraction, sont datées du IVe siècle dans le nord du secteur 2. De même datation, le secteur 7 a livré un grand bâtiment sur poteaux plantés, un fond de cabane et peut-être des fossés.

L’ensemble le plus riche se développe à l’extrémité nord du secteur 1 sur une surface rectangulaire de 4500 m² (environ 130 m de long pour 35 m de large) orientée sud-ouest/nord-est. À l’ouest, deux fossés parallèles bordent l’occupation.

Ce site est composé pour l’essentiel de structures en creux (fossés, fosses, trous de poteau, puits…) correspondant à une occupation dont la chronologie a été établie entre la fin du IIIe siècle et le IVe siècle. Si aucun niveau de sol n’a été conservé, plusieurs niveaux d’épandage de mobilier ont été identifiés. Une douzaine de puits ont pu être fouillés en intégralité. Profonds en moyenne de 2,50 m, ils sont pour la plupart pourvus d’un cuvelage en pierres sèches et pour quatre d’entre eux d’un cadre en bois sur le fond. Ils ont livré une quantité importante d’un mobilier varié (céramiques, tuiles, faune, verre, métal…) mais également des artefacts plus rarement conservés (objets en bois ou en cuir) ainsi que de nombreux restes végétaux (feuilles, branchages…). Plusieurs concentrations de trous de poteau permettent d’ors et déjà d’identifier au moins une palissade et deux bâtiments rectangulaires, construits en terre et bois et probablement couverts par des toitures en tuiles.

L’ensemble des vestiges dégagés parait correspondre à une occupation rurale bien structurée et délimitée dans l’espace. Les éléments mobiliers découverts (notamment la céramique et le mobilier métallique) correspondent à un secteur d’habitat mais illustrent également des activités agro-pastorales (sonnailles, outillage agricole, outils…). Deux dépôts monétaires de la fin du IIIe siècle ont également été mis au jour. La qualité du mobilier exhumé illustre un site au statut particulier.

Plus au sud, deux autres concentrations plus réduites de vestiges (trous de poteau, fosses et puits) sont localisées de part et d’autre des deux grands fossés qui longent le site tardo-antique nord. Leur chronologie est identique à ce site, fin IIIe-IVe siècle.

Des fossés, datés également de la fin IIIe et du IVe siècle se développent selon des orientations perpendiculaires dans la partie centrale et septentrionale du secteur 1. Certains d’entre eux forment un enclos approximativement carré d’une cinquantaine de mètre de côté, dans lequel se trouve un puits cuvelé en pierre attribué à la même période.

En l’état actuel des études, rien n’interdit de croire que la série de vestiges datés de la fin IIIe et du IVe siècle dans le secteur 1 faisait partie d’un même et vaste ensemble dont la nature précise reste à déterminer. La quantité et la qualité des objets métalliques ainsi que celles des amphores découvertes sur le site tardo-antique nord (beaucoup d’amphores Dr. 20, présence d’amphores africaines, etc.) surprend pour un site rural, même situé à quelques dizaines de mètre de la voie d’Agrippa. Le contexte local est peut-être à même de fournir une explication. La tradition place la résidence des parents de saint Germain d’Auxerre sur le territoire d’Appoigny, dans une boucle de l’Yonne, à quelques centaines de mètre au nord-est du hameau des Bries. Germain serait né à Appoigny ou à Auxerre vers 378 (mort à Ravenne en 448). Sachant que ses parents étaient des aristocrates et riches propriétaires fonciers, il est plausible que ce site constitue une dépendance de leur domaine.

Jérôme Grasso (responsable d’opération – Archeodunum), Fabrice Charlier (responsable d’opération – Archeodunum), Alexis Taylor (responsable de secteur – Paléotime) et Laetitia Fénéon (responsable de secteur – Paléotime)

Fouilles archéologiques de Ker Daniaud (île d’Yeu)

Pour la deuxième année consécutive, Audrey Blanchard (Archeodunum) conduit une fouille programmée sur le site de Ker Daniaud. Cet éperon barré surplombant la mer, sur la côte ouest de l’île d’Yeu (85), a été fréquenté au Néolithique récent (3800-2900 avant J.-C.).

Vue aérienne de la pointe de Ker Daniaud (2014 - cliché D.R.)

Vue aérienne de la pointe de Ker Daniaud (2014 – cliché D.R.)


Vue aérienne de la fouille (2014 - cliché A.-G. Gueguen)

Vue aérienne de la fouille (2014 – cliché A.-G. Gueguen)

À l’abri derrière un talus architecturé de 120 m de long se développe un village de 0,5 hectare. Une partie des vestiges de cette enceinte est encore visible sur le site avec la présence de pierres alignées en position verticale.

La fouille 2014 a porté sur une des entrées ménagées dans le talus. Cet accès à l’intérieur de l’enceinte est monumental et son étude a permis la mise en évidence d’au moins deux phases de transformation. Dans un premier temps, le talus mesure 2,50 m de largeur et est délimité par des murets de pierres sèches. Un accès est ménagé entre deux murets de pierres sèches, intégrant une architecture de bois (traces de calages de poteaux). Dans un deuxième temps, le talus est élargi d’un mètre du coté intérieur de l’enceinte  (par l’ajout de blocs verticaux) et la largeur du passage d’entré est réduite de 2,00 m à 1,50 m. Enfin un alignement circulaire de blocs massifs (plus d’un mètre de hauteur pour certains) est établi dans le prolongement de l’accès, à l’extérieur de l’enceinte.

Aucun niveau de sol associé à l’architecture n’a pu être exploré à l’intérieur de l’enceinte, ce en raison de la forte érosion de ce secteur méridional de la pointe. Néanmoins une carrière dévolue à l’extraction de moellons, en lien avec la construction du talus, a été repérée.

Bloc de silex venu du continent (cliché fouille de Ker

Bloc de silex venu du continent (cliché fouille de Ker Daniaud)


Lame de hache en pierre polie (cliché fouille de Ker Daniaud)

Lame de hache en pierre polie (cliché fouille de Ker Daniaud)

Le matériel archéologique est peu abondant. Il se compose essentiellement de pièces lithiques (silex) et d’un tesson de céramique. Ces productions semblent locales bien que quelques pièces témoignent d’échanges répétés avec le continent.

L’intervention 2015 porte sur une partie du talus et de l’espace habité. Il s’agit de préciser l’architecture de ce dernier et d’envisager les activités domestiques à l’intérieur de l’enceinte.

Ce programme de recherche est mené par le laboratoire LARA Nantes, l’Université de Nantes et Archeodunum. Cette opération archéologique est financée par le Ministère de la Culture et de la Communication et reçoit le soutien logistique de la municipalité de l’Île d’Yeu. Les fouilleurs sont tous des bénévoles, étudiants en archéologie.

Une journée portes ouvertes est programmée
le lundi 24 août de 9h à 12h et de 14h à 17h
(visites guidées toutes les 30 minutes)

Source:
Audrey Blanchard,
Archeodunum, chercheur associé UMR 6566 CReAAH et laboratoire LARA